Monde

La lettre de motivation nulle de JFK

Temps de lecture : 2 min

Les grands dirigeants ont aussi été des étudiants peu inspirés par leurs lettres de motivation, y compris Kennedy. A l'occasion du cinquantième anniversaire du début de sa présidence, la John F. Kennedy Presidential Library a numérisé et mis en ligne de nombreux documents, dont son dossier de candidature à la prestigieuse université de Harvard.

Gawker s'amuse de la banalité des quelques lignes que JFK a rédigées dans la partie «Pourquoi voulez-vous entrer à Harvard», le 23 avril 1935:

«... Je pense que Harvard peut me donner de meilleures connaissances fondamentales et une meilleure éducation libérale que n'importe quelle autre université. J'ai toujours voulu y aller car je crois que ce n'est pas un établissement comme les autres, mais une université qui a quelque chose de particulier à offrir. De plus, je voudrais aller dans la même université que mon père. Être un "homme de Harvard" est une distinction enviable, que j'espère sincèrement atteindre.»

Summum de la classe ou du dilettantisme, au choix, le futur président des Etats-Unis avait joint à cette rubrique... un autoportrait de lui à la main. Un petit mot glissé par papa expliquait lui que le fiston avait «un esprit très brillant en ce qui concerne ses centres d'intérêt» mais manquait «d'application et de soin pour les choses qui ne l'intéressent pas».

Pour voir l'intégralité du dossier de motivation et des documents concernant JFK en ligne, consultez son fonds d'archives.

Photo: capture d'écran de la lettre de motivation de JFK sur Gawker.

Slate.fr

Newsletters

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

Le site de partage de vidéos est l'un des outils de radicalisation les plus puissants.

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Les deux camps avaient tort.

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

Newsletters