Monde

Pédophilie: le courrier qui accable le Vatican en Irlande

Slate.fr, mis à jour le 19.01.2011 à 11 h 44

Les associations de défense des victimes des abus sexuels de prêtres en Irlande vont malheureusement pouvoir dire «Nous vous l’avions bien dit.» Après avoir accusé le Vatican pendant des années d’avoir couvert des cas d’abus sexuels sur des enfants dans les années 1990, ce qu’a toujours démenti l’Eglise catholique, la télévision nationale s’est procuré une lettre de 1997 dans laquelle le Vatican ordonne aux prêtres irlandais d’arrêter de signaler systématiquement toute accusation d’abus sexuel à la police.

La lettre a été écrite en réponse à une initiative prise par l’Eglise irlandaise en 1996, qui avait décidé de signaler toutes les accusations à la police. Le diplomate du Vatican en Irlande y écrit que la signalisation obligatoire à la police «donne lieu à de sérieuses réserves d’ordre à la fois moral et canonique». La lettre demande aux prêtres irlandais de rapporter les cas d’abus sexuels à la hiérarchie catholique plutôt qu’aux autorités séculaires.

La missive, marquée «strictement confidentielle», explique également que le Vatican soutiendrait tous les prêtres défroqués par l’Eglise irlandaise pour abus sexuel faisant appel de la décision, rapporte lrish Times. Ce soutien du Vatican aux prêtres défroqués avait entraîné une menace de démission de la part d’un archevêque irlandais, rapporte le site du quotidien.

Associated Press écrit, dans son style toujours emprunt de retenue, que la lettre «va à l’encontre» des affirmations de l’Eglise selon lesquelles «Rome n’a jamais ordonné aux évêques de ne pas fournir à la police des preuves ou des soupçons de crimes». Les groupes de défense de victimes sont moins réservés. Pour eux, la lettre est une preuve irréfutable de ce qu’ils affirment depuis des années. Un avocat irlandais a déclaré:

«La lettre est d’une énorme importance internationale, parce qu’elle montre que le Vatican veut empêcher la signalisation d’abus sexuels aux autorités. Et ci cet ordre s’est appliqué ici, il s’est appliqué partout.»

Le documentaire de la télévision nationale RTE qui révèle l’existence de la lettre, intitulé Unspeakable Crimes et diffusé lundi 17 janvier, rapporte également qu’un évêque irlandais a qualifié la lettre de «mandat […] pour dissimuler les accusations de crimes conte un prêtre».

Photo: Une croix catholique dans le Phoenix Park de Dublin, REUTERS/Cathal McNaughton

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte