Culture

Schwarzenegger dans un film où il combat les nazis

Temps de lecture : 2 min

Alors que début janvier Arnold Schwarzenegger en était encore à se demander s'il reviendrait au cinéma, plus aucun doute n'est permis. Dans une interview au journal autrichien Krone, relayée par le Guardian, l'acteur estime son retour sur grand écran «inévitable».

Il a déjà trouvé trois scénarios possibles pour son prochain film:

«Un de ces scénarios, que j'avais lu bien avant de devenir gouverneur, me plait particulièrement. Je jouerais un vieux soldat [allemand], à qui l'on ordonne à la fin de la guerre de tuer un groupe d'enfants. Mais il ne le fait pas et à la place il les emmène en lieu sûr au risque de sa vie. C'est plein de toutes sortes d'aventures. Le scénario est basé sur une histoire vraie.»

Le Guardian identifie ce scénario comme celui de With Wings as Eagles, écrit par le scénariste de Braveheart Randall Wallace, auquel Schwarzenegger s'est intéressé dès 1996, comme le montre cet article écrit à l'époque par Entertainment Weekly sur les films sur la Seconde Guerre mondiale: c'est l'histoire d'un colonel allemand à qui les SS ordonnent de tuer des milliers de prisonniers américains alors que la guerre en est à ses derniers jours. Le colonel refuse et se bat contre son camp. Randall Wallace avait écrit ce scénario en pensant à Schwarzenegger pour le premier rôle, «un corps musclé au grand pouvoir physique», assure le Guardian.

Schwarzenegger explique pourtant au Krone ne plus rechercher nécessairement à récupérer son aura de star de film d'action, citant Clint Eastwood comme exemple de reconversion d'acteur, et envisageant des films plus petits budgets et avec moins de coups de feu.

S'il ne se désintéresse pas de la politique, il note que le seul poste politique majeur qui l'intéresse vraiment ne lui est pas accessible: n'étant pas né aux Etats-Unis, il ne peut devenir président américain... Quant aux deuxième meilleur poste, il l'a déjà exercé pendant son mandat de gouverneur californien. Il pourrait se présenter au Congrès, mais ne l'envisage pas pour l'instant.

C'est que ses mandats de gouverneur lui ont coûté cher, au sens littéral et figuré: entre ses dépenses et l'absence de revenus hollywoodiens, il estime avoir perdu plus de 200 millions de dollars (150 millions d'euros), même s'il insiste ne pas regretter, et dit que ça valait le coup.

«Ce qui a été bien pire, ce sont les dégâts causés par mon poste à ma famille. J'ai beaucoup à réparer.»

Dont des dimanches soirs où toute sa famille était en larmes alors qu'il s'apprêtait à quitter leur maison de Los Angeles pour passer la semaine à Sacramento, la capitale de l'Etat.

Photo: Arnold Schwartzenegger au festival de Cannes de 2003 / Georges Biard via Wikimedia commons

Newsletters

À force de s'indigner de tout et de rien, on rend l'humour infréquentable

À force de s'indigner de tout et de rien, on rend l'humour infréquentable

[BLOG You Will Never Hate Alone] De nos jours, pour ne pas froisser les victimes d'actes ignominieux, on voudrait réduire au silence l'humour et ceux qui en usent.

Celui où Anaïs et Marie rejouent le meilleur épisode de la série (et testent leur amitié)

Celui où Anaïs et Marie rejouent le meilleur épisode de la série (et testent leur amitié)

Dans ce huitième épisode d'AMIES, Anaïs et Marie regardent la première moitié de la saison 4 de Friends. Les deux amies reviennent sur l'épisode «The One with the Embryos» («Celui qui gagnait les paris») classé comme l'un des meilleurs de la série...

«Le Coup d'état d'urgence», ou comment la France a fait du citoyen un «sujet virus»

«Le Coup d'état d'urgence», ou comment la France a fait du citoyen un «sujet virus»

Nous publions les bonnes feuilles du nouvel ouvrage de l'avocat pénaliste Arié Alimi, qui revient sur le premier état d'urgence sanitaire de l'histoire de France.

Newsletters