Culture

Dire Straits censuré au Canada

Temps de lecture : 2 min

Deux décennies après la sortie de leur album, une chanson du groupe de rock britannique Dire Straits devrait être censurée par le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) pour «violation du code de déontologie».

La décision fait suite à une plainte déposée par une auditrice de la station de radio FM OZ à Terre Neuve suite à la diffusion du célèbre tube en février 2010. Le conseil a rendu sa décision le mercredi 13 janvier en indiquant que Money for Nothing ne devait plus être diffusée dans sa version originale sur les ondes canadiennes en raison de l’usage répété à trois reprises du mot «faggot» (équivalent du mot français «tapette»).

Dans son rapport de 13 pages concluant sa prise de décision, le CCNR affirme que les prix et hommages rendus à cette chanson au milieu des années 1980 «ne la protègent pas»: «Il y a eu une réorientation des valeurs sociales en jeu un quart de siècle plus tard, et sa radiodiffusion en 2010 doit refléter ces valeurs-là plutôt que celles de 1985» .

The Globe and Mail rappelle que:

«Money for Nothing a toujours été une source de controverse depuis son apparition dans l’album de Dire Straits Brothers In Arms en 1985. La chanson qui a donné son statut international à Dire Straits raconte les pensées d’un livreur de cuisine, déplorant de n'avoir jamais appris à jouer d’un instrument et ne pouvoir devenir une star du rock sur MTV, pour échapper à sa vie de tous les jours. Mais les propos acerbes (…) du livreur sur les femmes et les musiciens ont déjà permis sa condamnation pour sexisme, racisme et homophobie depuis quelques années.»

En signe de protestation, la radio canadienne K-97 a «décidé d'aller à contre-courant» en diffusant en continu et durant une heure Money for Nothing, le vendredi 14 janvier entre 20 h et 21 heures.

"Money for Nothing" interprétée à Wembley en 1992 :


Photo : Money for nothing Cover / Dire Straits /

Slate.fr

Newsletters

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

«Portnoy et son complexe», entre plaisir solitaire et vérité universelle

«Portnoy et son complexe», entre plaisir solitaire et vérité universelle

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Silence, on mange!

Silence, on mange!

Le cinéma français n’aime rien tant que casser la croûte. À tel point que la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de ses chefs-d’œuvre. Ou de ses navets.

Newsletters