Monde

Une enquête sur Berlusconi dans une affaire de prostitution

Slate.fr, mis à jour le 14.01.2011 à 12 h 50

La justice italienne a ouvert une enquête sur Silvio Berlusconi pour le délit de corruption et de prostitution de mineures, révèle Il Corriere della Sera. Dans la nuit entre le 27 et le 28 mai 2010, le président du Conseil italien aurait abusé de sa fonction de Premier ministre pour cacher une histoire de prostitution: il aurait bénéficié des services d'une prostituée mineure pendant plusieurs week-ends dans sa résidence personnelle à Arcore.  Lorsque Karima «Ruby» El Mahroug, la jeune marocaine de 17 ans, a été arrêtée, le Cavaliere aurait fait pression sur les fonctionnaires de la préfecture de Milan pour qu'ils libèrent la jeune fille en la confiant, de manière illégitime, à Nicole Minetti, conseillère régionale lombarde du Peuple de la liberté (le parti présidé par Silvio Berlusconi).

La «concussione» (corruption) est punie de 4 à 12 ans de réclusion quand elle est commise par un fonctionnaire ou une personne chargée d'un service public qui, en abusant de sa fonction ou de ses pouvoirs, oblige une personne à donner ou à promettre de l'argent ou un service à soi-même ou à une tierce personne, explique Il Corriere della Sera. La prostitution de mineures (le fait d'avoir des rapports sexuels avec un mineur entre 14 et 18 ans en échange d'argent), elle, est punie de 6 mois à 3 ans de réclusion.

Actuellement, des perquisitons ont lieu dans l'appartement et dans le bureau de Nicole Minetti. Sont perquisitionnés aussi les bureaux de Salvatore Spinelli, qui s'occupe de la trésorerie de Fininvest, l'une des plus importantes holding financières italiennes, contrôlée par la famille du président du Conseil, lit-on sur la Repubblica.

En mai 2010, Karima «Ruby» El Mahroug avait été arrêtée pour vol. Mais alors qu'elle se trouvait à la Préfecture de police, un coup de fil de Palazzo Chigi, la résidence d'Etat, et elle est relâchée: elle serait la nièce de Hosni Moubarak, le président égyptien, l'un des chefs d'Etat les plus puissants du Moyen-Orient. Ce qui est évidemment faux.

La jeune fille racontera ensuite avoir participé à des fêtes avec des filles et des hommes politiques, dans la résidence de Silvio Berlusconi. L'entourage du Cavaliere est alors placé sous enquête: l'entrepreneur télé Dario «Lele» Mora, et Emilio Fede, directeur d'un des journaux de Mediaset, le Tg4, sont au centre des enquêtes. Ce scandale baptisé Rubygate a fait pendant plusieurs jours la une de la presse transalpine.

Silvio Berlusconi a toujours affirmé, tout comme Ruby qui a fêté ses 18 ans le 2 novembre, n'avoir jamais eu de rapports sexuels avec la jeune fille.

Photo: capture d'écran du compte Facebook de Ruby Rubacuori.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte