Culture

Les policiers allemands ne pissent jamais

Temps de lecture : 2 min

L’oeuvre d’un étudiant en arts plastiques provoque de gros remous en ce moment dans la région de Dresde, une ville de l’est de l’Allemagne. Que montre l’œuvre? Il s’agit d’une sculpture ultra-réaliste, celle d’une policière déculottée. Le ministre de l’Intérieur du Land de Saxe, Markus Ulbig (CDU), s’est désolé récemment auprès de la presse: «C’est une insulte faite aux femmes policiers et de mon point de vue, c’est également une atteinte à la dignité humaine.» L’auteur s’appelle Marcel Walldorf, il a 27 ans, et son œuvre, intitulée Petra en train de pisser vient de recevoir le troisième prix de la Fondation Leinemann, une distinction assortie d’un chèque de 1.000 euros.

La sculpture est actuellement à voir dans le petit espace d’exposition de l’école d’art de Dresde. Grandeur nature, l’œuvre représente une femme accroupie, en uniforme anti-émeute, en train de soulager un besoin très pressant. Réalisme oblige, un mécanisme laisse s’échapper sur le sol un liquide de l’entrejambe de la femme.

Le syndicat de police du Land de Saxe s’est déclaré choqué. Son président, Hagen Husgen, a déclaré vendredi 7 janvier à l’agence de presse DAPD que «si la liberté d’expression existait, ses limites avaient ici été dépassées». Markus Ulbig a de son côté condamné cette «soi-disant œuvre d’art», et a qualifié cette dernière de véritable «honte». Il s’est dit choqué de constater que des jurys décernaient des prix à des prétendus artistes. Il a précisé son opinion dans une interview donné au quotidien le plus lu d’Allemagne, Bild, qui n’a pas hésité à parler d’«œuvre scandaleuse». Le quotidien rapporte que l’artiste serait particulièrement fier de l’équipement de Petra, tout à fait authentique.

Marcel Walldorf, en attendant, a reçu le troisième prix de la Fondation Leinemann, dont le jury s’est concentré cette année sur l’école des Arts Appliqués de Dresde. Une porte-parole de l’école d’art a affirmé que l’artiste ne saisissait pas très bien la crispation née autour de son œuvre. Selon elle, le but de Marcel Walldorf était de représenter la vulnérabilité de l’être humain, dès lors qu’on le privait de son abri. L’artiste souhaitait mettre en scène un dialogue entre un être et son espace. Et l’espace des policiers, c’est l’espace public.

Photo: Petra

Slate.fr

Newsletters

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

Des voies aussi différentes qu'également originales pour explorer et donner à comprendre la réalité.

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

Newsletters