Monde

Twitter assigné par les Etats-Unis pour WikiLeaks

Slate.fr, mis à jour le 09.01.2011 à 19 h 05

WikiLeaks en est maintenant persuadé:

«L'existence d'une enquête secrète pour espionnage menée par un grand jury américain est aujourd'hui confirmée pour la première fois.»

En effet, le site de micro-blogging Twitter a reçu une injonction de la justice américaine lui ordonnant de lui fournir les détails des comptes du fondateur de WikiLeaks et de plusieurs de ses partisans, rapporte Salon.

Les Etats-Unis ont «réclamé les messages privés, les contacts, les adresses IP et des détails personnels sur le compte de Julian Assange et de trois autres personnes associées à WikiLeaks», selon l'injonction publiée sur le site de WikiLeaks [PDF].

 

La justice veut obtenir tout l'historique des connections et leur durée, les adresses IP utilisées pour accéder à Twitter, les adresses électroniques et postales, mais aussi les coordonnées bancaires et autres transactions. Sont visés Julian Assange, Bradley Manning, le militaire américain mis en cause pour avoir fourni les câbles diplomatiques américains à Wikileaks, Rop Gonggrijp, un hacker néerlandais et Birgitta Jonsdottir, ancienne bénévole de WikiLeaks et parlementaire islandaise. Brigitta Jonsdottir a réagi sur son compte Twitter:

«Le gouvernement américain veut connaître tous mes Twitt et davantage, depuis le 1er novembre 2009. Ont-ils conscience que je suis membre du Parlement islandais?»

Twitter n'a pas voulu faire de commentaire. Néanmoins, Rop Gonggrijp a déclaré:

«Il semble que Twitter, conformément à sa politique, a fait la bonne chose en informant ses utilisateurs quand quelque chose comme ça arrive. Dieu sait combien de sites ont reçu des assignations similaires et discrètement présenté tout ce qu'ils avaient sur moi.»

WikiLeaks estime avoir «des raisons de croire que Facebook et Google, entre autres, ont reçu des injonctions similaires de la justice» américaine. Aucune des deux entreprises n'a souhaité commenter cette affirmation.

The Guardian souligne que «le procureur général des États-Unis, Eric Holder, a déjà déclaré publiquement qu'il croit Assange pourrait être poursuivi en vertu des lois d'espionnage des États-Unis. Le tribunal qui a délivré l'assignation est dans la même juridiction que là où un grand jury serait formé pour enquêter sur Assange, selon la presse».

«Si le gouvernement iranien tentait d'obtenir des informations de cette manière auprès des journalistes ou des militants étrangers, des ONG dans le monde entier réagiraient», a déclaré Assange.

Cette assignation est la dernière péripétie en date pour WikiLeaks depuis que le site a publié et fourni les câbles diplomatiques à cinq medias. Charles Arthur, du Guardian, liste, chronologiquement et thématiquement, tous ceux qui «mènent la vie dure» à WikiLeaks et Julian Assange.

Photo: capture d'écran du compte Twitter de WikiLeaks.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte