Monde

Les deux Français enlevés au Niger sont morts

Temps de lecture : 2 min

Deux Français enlevés le 7 janvier 2010 à Niamey, au Niger sont morts, selon des sources sécuritaires nigériennes interrogées par l'AFP citées par France Info. L'information a été «confirmée par le ministre de la défense Alain Juppé, qui précise qu'ils ont trouvé la mort au cours d'une opération militaire menée par la garde nationale nigérienne et coordonnée par des militaires français à la frontière du Mali», explique Le Monde. «A l'issue de cette action, les corps des deux otages ont été découverts sans vie», a précisé le ministre.

Selon les témoins de l'enlèvement, quatre hommes «enturbannés et armés» et qui «parlaient arabe» les avaient kidnappés dans un restaurant de la capitale. Les recherches s'étaient orientées en direction de la frontière malienne.

RFI raconte que les ravisseurs ont été poursuivis dès vendredi soir par les forces de sécurité nigériennes. «Mais il y a eu un flottement de trois quarts d’heure (...) Assez de temps pour permettre aux preneurs d’otage de distancer leurs poursuivants.» Selon la radio nationale nigérienne, citée par RFI «un premier accrochage a déjà eu lieu la nuit dernière entre les preneurs d’otage et les forces de l’ordre».

Les deux Français étaient originaires de Linselles, près de Tourcoing, selon La Voix du Nord.

L'un d'entre eux, âgé de 25 ans, «travaille pour une association humanitaire. Il devait se marier avec une Nigérienne le samedi 15 janvier prochain. Vendredi soir, il fêtait cet événement avec un de ses amis (...) qui devait assister à son mariage.»

Si l'enlèvement n'a pas été revendiqué, cinq autres Français, enlevés au Niger à Arlit, sont détenus par al-Qaida au Maghreb islamique depuis septembre 2010.

Photo: REUTERS/ Florin Iorganda

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters