Monde

Qui nourrir et qui laisser mourir de faim?

Slate.fr, mis à jour le 08.01.2011 à 18 h 47

Comment «jouer à dieu avec un budget limité»? Comment choisir qui nourrir et qui laisser mourir de faim? Der Spiegel publie un passionnant reportage-enquête sur «le côté laid et inhumain» de l'aide alimentaire internationale.

Uwe Buse décrit le quotidien de John Aylieff, directeur régional adjoint du Programme alimentaire mondial pour l'Asie. L'humanitaire est au Bangladesh et passe son temps à expliquer aux populations qu'il ne va pas pouvoir les aider.

«Je suis désolé, répète-t-il. Il ne nous reste rien à distribuer.»

Sur son site internet, le PAM explique:

«Aujourd’hui, 925 millions de personnes dans le monde sont sous-alimentées: une personne sur sept n’a pas suffisamment de nourriture pour mener une vie saine et active. La faim et la malnutrition sont, au niveau mondial, le risque numéro un à la santé humaine – leur impact dépasse celui du sida, du paludisme et la tuberculose réunis. (…) Parmi les Objectifs du Millénaire pour le Développement que les Nations Unies se sont posés pour le XXIe siècle, le premier est de réduire de moitié le nombre de personnes qui souffrent de la faim. Alors que de nombreux progrès ont été enregistrés dans les années 80 et la première moitié des années 90, depuis une décennie la faim avance de nouveau.»

L'expérience de John Aylieff illustre la situation. L'année 2008 a été celle d'une grave crise alimentaire. Puis il y a eu la crise, économique et financière cette fois. Avec elle, les coupes budgétaires pour le PAM:

«Son budget est passé de 5 milliards de dollars en 2008 à 4 milliards de dollars en 2009. En 2010, le PAM devrait recevoir seulement 3,7 milliards de dollars sur les 7 milliards demandés, en dépit des grandes catastrophes comme le tremblement de terre en Haïti et les inondations au Pakistan.»

John Aylieff a fait le calcul pour la région dont il est responsable:

«En 2009, il a calculé de combien d'argent il aurait besoin pour nourrir 8 millions de personnes souffrant de la faim. Il est arrivé à un chiffre de 257 millions de dollars. Il a obtenu 76 millions de dollars. Il a reçu encore moins en 2010, 60 millions de dollars, et il ne sait pas encore combien il recevra en 2011.»

Outre le manque de moyens, John Aylieff doit respecter le «fléchage» des dons, et ne peut donc pas disposer de son budget tel qu'il le souhaiterait. Du coup, il doit faire des choix, qui peuvent apparaître très injustes. Le reportage du Spiegel s'attarde sur le cas de deux femmes, Reni Begum et Marizon Nanda, que rien ne semble distinguer. Sauf que l'une reçoit l'aide du PAM et l'autre pas. Le détail est à lire sur Der Spiegel.

Photo: le panier de nourriture. WFP/Rein Skullerud. Photo issue du diaporama Les produits nutrionnels utilisés par le PAM.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte