Life

Les hommes préfèrent les femmes larguées

Slate.fr, mis à jour le 06.01.2011 à 18 h 26

Les hommes aiment les femmes qui ont été quittées dans leur relation précédente tandis que c'est le contraire chez les femmes, qui préfèrent les hommes à l'origine de leur dernière rupture, affirme une nouvelle étude de l'université du Michigan, à la surprise de la chercheuse:

«Au début, je m'attendais à ce que tout le monde aime la personne responsable de la rupture de sa dernière relation parce que cela pourrait être une indication que cette personne est d'un statut élevé, ou encore qu'elle est prête à prendre le risque de rompre pour trouver une meilleure relation.»

L'étude (format PDF), nommée «Rejection Hurts: The Effect of Being Dumped on Subsequent Mating Efforts» («Le rejet blesse: l'effet d'avoir été quitté sur les prochains tentatives d'accouplement»), compare le fait d'initier la rupture avec celui de vendre une voiture: le vendeur a beaucoup d'informations sur la voiture, mais le fait qu'il la vende pourrait être l'information la plus importante, explique CTV.

La recherche ne donne pas les raisons d'une telle différence entre les deux sexes, mais la scientifique avance quelques hypothèses:

«Je peux supposer qu'un homme qui rompt avec sa compagne reste dans l'idée de domination inhérente aux rôles de chaque genre, mais quand une femme rompt... les hommes pourraient trouver cette femme trop difficile, trop exigeante.»

Et les hommes voient cette femme comme à même d'initier la rupture dans leur relation, conclut CTV.

Savoir qui a rompu avec qui a beaucoup moins d'impact lorsque les nouveaux partenaires cherchent une relation sexuelle sans lendemain que pour ceux qui veulent s'engager à long terme:

«Si un homme veut juste avoir une relation sexuelle avec une femme, découvrir qu'elle a rejeté son partenaire précédent n'a pas d'importance»

Les hommes et les femmes n'apprécient pas que leur partenaire potentiel ne raconte pas les circonstances de leur dernière rupture, et les femmes l'apprécient encore moins que les hommes.

L'étude, qui ne contient pas de données sur les couples homosexuels, a été réalisée sur 198 participants. Ceux-ci notaient l'attrait de petites annonces fictives sur des sites de rencontre en ligne, d'abord en fonction de données insignifiantes, puis après avoir lu leur réponse à la question «Ma dernière relation s'est terminée parce que...».

Les scientifiques estiment qu'il reste désormais notamment à analyser l'impact des rumeurs entendues à propos de potentiels partenaires, qui pourraient s'avérer plus importante que ce que ceux-ci avouent d'eux-mêmes.

Photo: Broken heart / CarbonNyc via Flickr CC License By

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte