Monde

Biya veut séduire les Camerounais avec un SMS de bonne année

Temps de lecture : 2 min

«Monsieur le président de la République et Madame Chantal Biya vous présentent leurs vœux de santé et de bonheur pour l’Année 2011.»

Voilà le SMS qu'a reçu une partie des 10 millions d'abonnés camerounais à l'occasion du Nouvel an. Ils ont d'abord cru à une farce. Mais Le Messager l’assure: tous les abonnés à un opérateur téléphonique recevront leur SMS de bonne année. Et pour ceux qui penseraient que le président n’est pas l’expéditeur, la signature Prc (Présidence de la République du Cameroun) a été confirmée comme étant bien celle du chef de l'Etat.

«Snob», «vulgaire», «original», «moderne»: la démarche du couple présidentiel ne laisse pas indifférent. Une grande majorité de voix s'élèvent contre l'inutilité d'un tel message après des voeux présidentiels déjà exprimés dans un discours télévisé. Un Camerounais s’exprime dans Le Messager:

«Je veux bien que le président se montre proche de nous. Mais c’aurait été mieux à travers des nouvelles se rapportant à nos conditions de vie. Une bonne année est devenue vulgaire au Cameroun. Même vos ennemis vous le souhaitent.»

Comme le souligne le site Camer.be, les mécontents pointent du doigt le coût de ces millions de SMS pour les contribuables et le calcul politique qui se cache derrière en vue des élections de 2012. Ou encore, l'usage abusif des données personnelles.

Mais certains Camerounais sont flattés de voir que le président pense à eux au point d'adresser des messages individuels, souligne Le Messager. «S’il a partagé ces quelques moments de chaleur avec nous, c’est pas mal. J’ai vu mon père sauter de joie quand il a enfin reçu ce message puisque ses amis l’avaient déjà reçu», raconte une agent commercial de Yaoundé. Quand bien même ils auraient été rédigés par ses services de communication...

Photo: un téléphone portable / Metaphox via Flickr CC License by

Slate.fr

Newsletters

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Newsletters