France

Quand la droite bretonne prend le même nom qu'un groupuscule fascisant

Temps de lecture : 2 min

C’est une drôle de «boulette» historique qu’a dénichée Le Mensuel du Golfe du Morbihan, un magazine local breton: le groupe d’opposition de droite et du centre au conseil régional a baptisé depuis huit mois sa formation «Breizh da zont», ce qui signifie en breton «Bretagne à venir», mais est aussi le nom d’«un groupuscule d'extrême droite nationaliste breton» fascisant des années 1930.

Une découverte que le site a tout simplement faite sur Wikipédia, avant de la confirmer auprès d’un historien spécialiste de la politique bretonne, Jean-Jacques Monnier:

«C’est le nom d’un groupuscule d’extrême droite animé par une dizaine de personnes. Il faut être spécialiste pour connaître ce groupuscule royaliste, mais il a bel et bien existé.»

Un journaliste spécialiste du mouvement, Erwan Chartier, confirme également, évoquant des «zozos» qui «défendaient des idées nationalistes, antisémites et anticommunistes» et «se réunissaient sous l'étendard de la croix gammée».

Si, selon le Mensuel du Golfe du Morbihan, «certains élus et militants de droite n’hésitent pas à parler d’une "connerie" qu’ils n’avaient "pas vu venir"», la chef de file de la majorité présidentielle dans la région, Bernadette Malgorn, réfute cette vision, critiquant une «fausse querelle politique» et refusant de voir certaines expressions «récupérées par les extrêmes».

Photo: Bernadette Malgorn, présidente du groupe Breizh da zont au conseil régional de Bretagne (site officiel).

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters