Monde

Pas de pardon pour Billy the Kid

Temps de lecture : 2 min

Billy The Kid n'aura pas la chance de Jim Morrison: alors que le gouverneur de Floride Charlie Christ a officiellement gracié à titre posthume le chanteur de The Doors en septembre dernier, le gouverneur du Nouveau Mexique n'aura pas été aussi clément.

Après avoir réfléchi sept ans (!), Bill Richardson a finalement décidé de ne pas gracier le célèbre bandit américain, rapporte ABC News:

«J'ai décidé de ne pas gracier Billy the Kid, à cause de l'absence de force probante et de l'ambiguité historique qui entoure la raison pour laquelle le Gouverneur Wallace est revenu sur son pardon.»

C'est que l'histoire remonte à il y a plus d'un siècle: en 1879 le Gouverneur Lee Wallace aurait promis à Billy the Kid de l'amnestier s'il témoignait au tribunal dans le cadre d'une autre affaire de meurtre. Mais malgré le témoignage du bandit, Wallace ne l'a pas gracié.

Le gouverneur Bill Richardson, féru d'histoire, a évoqué en 2003 pour la première fois le sujet, et y travaillait depuis.

«C'était une décision très difficile [...] Le romantisme m'exhortait à le gracier, mais les faits et les preuves n'appuyaient pas ce choix [...]. Ce qui a fait peser la balance contre le pardon pour moi, c'est qu'après n'avoir pas été gracié Billy a tué deux adjoints de police, deux représentants des forces de l'ordre, deux innocents.»

La nouvelle n'aura pas déçu les descendants de Billy the Kid, qui aurait tué entre 8 et 22 personnes avant d'être capturé et tué en 1881 par un sheriff, à l'âge de 21 ans. Ceux-ci s'opposaient à une amnistie, estimant qu'on «ne peut pas récompenser un mauvais comportement avec des bonnes choses». Son arrière-petit-fils s'est même dit soulagé:

«J'étais heureux d'apprendre que le gouverneur Richardson a abandonné ses efforts de pardon de Billy the Kid. Il me semble qu'il a ainsi suivi un chemin correct et rationnel, même si je reste confus quant aux raisons qui l'ont poussé à envisager cette absurdité.»

Bill Richardson affirme qu'il n'a pas médiatisé sa décision pour augmenter le tourisme dans son état, mais parce qu'il s'agissait de «l'histoire vivante. Nous ne devrions pas négliger le compte-rendu de l'histoire, et l'histoire de l'Ouest américain», mais concède que le débat a en effet fait du bien au tourisme du Tenessee.

Billy the Kid était déjà bien avant ce débat une figure touristique du coin, avec notamment un circuit de l'Etat en son honneur (depuis la ville où il est né jusqu'à celle où il est mort) proposé sur le site officiel du Tenessee.

Photo: Billy the Kid via wikimedia Commons

Slate.fr

Newsletters

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

Le Brésil reste le Brésil, même pendant les trois semaines séparant les deux tours de l'élection présidentielle. Mais cette fois, la tristesse a envahi les visages.

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

En mars 2015, sur un coup de tête, Norm Diamond s'est rendu à une première vente d'objets d'occasion chez un particulier. Au cours des quinze mois qui ont suivi, ce photographe a visité plusieurs centaines de ventes à Dallas (Texas), où il...

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Si la vente et la détention de cannabis sont désormais autorisées au Canada, sa promotion reste interdite.

Newsletters