Monde

Les policiers de Rio mieux payés s’ils tuent moins

Temps de lecture : 2 min

En 2011, la police la plus meurtrière du monde sera encore davantage encouragée à tuer moins... pour gagner plus. Les policiers militaires de Rio de Janeiro, spécialisés dans la lutte contre le crime organisé, reçoivent depuis un an des primes à mesure que leur taux d'homicides diminue, et celles-ci vont être renforcées.

697 suspects ont été tués au cours d'opérations policières dans l'Etat de Rio entre janvier et octobre 2010, rapporte la Folha de Sao Paulo. En moyenne, la police y commet donc deux meurtres par jour, ce qui constitue déjà un progrès pour les autorités brésiliennes: les premières distributions de primes ont en effet été accompagnées d'une baisse de 22% de ces homicides par rapport à la même période un an plus tôt. En 2009, 1.048 suspects avaient été assassinés, une brutalité dénoncée par un rapport de Human Right Watch. En un an, le gouvernement a dépensé 7,6 millions d'euros pour faire baisser le nombre de personnes tuées par des policiers à Rio.

Ces primes prennent le contre-pied de la «gratification Far West». En vigueur de 1995 à 1998, celle-ci récompensait les actes de bravoure, dont précisément les meurtres de suspects.

Photo: midia cega/Andréa Farias via Flickr CC License by

Campanha da blitz da Polícia Militar na Boca do Rio

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 9 au 15 janvier 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 9 au 15 janvier 2021

Crash d'un Boeing 737-500 en Indonésie, deuxième impeachment pour Donald Trump et élection présidentielle en Ouganda... La semaine du 9 au 15 janvier 2021 en images.

La qualité de vie est-elle vraiment meilleure au Danemark et en Suède?

La qualité de vie est-elle vraiment meilleure au Danemark et en Suède?

Le modèle scandinave est souvent vanté et pris en exemple. Mais il est loin de ne comporter que des avantages.

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Dernière ligne droite avant l'investiture de Joe Biden, ce 20 janvier, à Washington. Une investiture à laquelle Donald Trump, en bon perdant, ne se rendra pas. Le 45e président des États-Unis a enfin admis sa défaite, dans les mots et dans les...

Newsletters