Life

Internet: bientôt une pénurie d'adresses IP?

Slate.fr, mis à jour le 27.12.2010 à 12 h 30

Internet est sur le point de ne plus avoir d'adresses IP disponibles, ces suites de chiffres attribuées par le réseau et qui identifient ordinateurs, smartphones, tablettes... Le protocole IPv4, défini dans les années 70 par les concepteurs du réseau pour attribuer ces identifiants, proposait très exactement 4,228 milliards d'adresses IP.

Sauf qu'internet n'est plus limité aux militaires et universitaires depuis longtemps, et que toutes ces adresses devraient être épuisées d'ici fin 2011. Un nouveau protocole (IPv6) a été mis en place dans les années 1990, mais son déploiement a pris du retard, expliquent Les Echos, qui précisent la situation française: certains opérateurs, comme Free, ont déployé l'IPv6 dès 2007, mais d'autres n'ont toujours pas de réseaux compatibles. L'investissement est conséquent, avec une facture de plusieurs millions d'euros pour mettre à jour les réseaux, d'après le quotidien économique.

Quelles conséquences?

Pas de panique, assurent Les Echos, pour les particuliers, dont les opérateurs vont passer tôt ou tard au nouveau protocole. Ce sont les entreprises qui pourraient se retrouver ennuyées, parce qu'elles devront basculer d'un coup vers l'IPv6 une fois qu'il n'y aura plus aucune adresse IPv4 de libre. Un changement brutal, mais pour lequel «il ne faut pas paniquer les gens comme lors du bug de l'an 2000», rassure le directeur du premier opérateur français à être passé à l'IPv6 en 2000.

Certains parlementaires français veulent une loi pour accélérer le passage au nouveau protocole, tandis que d'autres demandent des subventions pour pallier les dépenses des entreprises. Zdnet rappelle d'ailleurs que lors du déploiement de la TNT pour basculer la télévision hertzienne de l'analogique au numérique, l'Etat avait mis en place des mesures contraignantes: les fournisseurs d'équipement avaient été obligés d'intégrer un tuner TNT à leurs produits. On pourrait donc envisager une loi contraignante qui imposerait «aux équipementiers télécom et aux fournisseurs de services IP de ne plus avoir le droit, passé une certaine date, de fournir des équipements qui ne seraient pas nativement compatibles avec IPv6».

C'est la question qu'a posée la député UMP Laure de la Raudière au ministre en charge de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique Eric Besson mi-décembre, sans réponse pour l'instant.

Photo: The internet 2.0 / monoglot via Flickr CC License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte