Culture

Rediffusés, mal digérés... tout sur les films de Noël

Slate.fr, mis à jour le 25.12.2010 à 10 h 26

En cette période de fêtes, pour digérer sa dinde aux marrons, le mieux serait peut-être de rester sous un plaid géant à regarder des films de Noël. A la télévision, c'est justement la saison des rediffusions des meilleurs nanars à base de mésaventures sous les sapins. La recette marche bien apparemment, puisqu'en 2008 Les bronzés font du ski avait joui de plus de dix millions de téléspectateurs, rappellent les Inrocks.

Et il n'y a pas que des productions françaises comme Le Père Noël est une ordure qui accompagnent les chocolats chauds à ce moment de l'année. Les désormais classiques américains comme Maman j'ai raté l'avion (et sa suite) font partie du paysage audiovisuel français de Noël. Aux Etats-Unis aussi cette guimauve familiale réussit bien, mais selon les Inrocks, c'est «le seul point commun entre les télévisions française et les américaine».

Les Américains disposent de films de Noël incontournables peu vus à cette période en France. C'est le cas de La Vie est belle, de Franck Capra, dans lequel un riche altruiste tombe dans la déchéance et pense au suicide. Un ange redonne goût à la vie à cet homme en lui montrant à quel point le monde aurait été triste s'il n'avait pas existé. Pour Gawker, ce film plein d'opitmisme est forcément le préféré de tous les grands-pères. Ils l'ont vu un million de fois, et c'est tant mieux puisque ça fait un bon fond sonore pour leur sieste.

Le site américain se prête au jeu de l'analyse de personnalité par le film de Noël. On y apprendra notamment que le spectateur du navet 100% US Santa Claus : The Movie, sont le plus souvent de grands nostalgiques ennuyeux au possible. Des qualités nécessaires pour être fan de ce long-métrage de 1985 sur les origines du Père Noël où rien n'a de sens.

Quant aux aficionados du classique des années 1960 Rudolph le renne au nez rouge, ce sont aussi des traditionnalistes de Noël. Dans ce film d'animation, le renne à la figure de Vilain petit canard devient ami avec des jouets détraqués pour sauver Noël. A moins d'avoir moins de quatre ans ou de nourrir des habitudes proches du TOC sur la manière de remplir les chaussons de Noël, le visionnage peut s'avérer compliqué.

Enfin, le film qui met d'accord Français et Américains reste Love Actually. La comédie british firgure en tête de tous les tops de Noël (comme sur celui de La Page Culture). Un peu triste, puisque pour Gawker c'est le film préféré des célibataires déprimés, ceux qui «ne ramènent pas leur amoureux au dîner de tata Joanne».

Photo: capture d'écran.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
cinémaNoëlnavetFilmcomédie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte