Monde

La Vierge Marie s'est rendue aux Etats-Unis

Temps de lecture : 2 min

Après avoir visité plusieurs pays comme la France ou le Mexique, la Vierge Marie (ou plutôt son apparition) a officiellement rajouté le Wiconsin à son palmarès de globetrotteuse, son seul lieu de séjour aux Etats-Unis à ce jour. Le mois dernier, l’Eglise catholique a validé les visions d’Adele Brise de 1859, rapporte le New York Times. Cette immigrante belge du XIXe siècle qui habitait dans la ville de Champion, affirmait avoir reçu trois visites de Marie dans son humble église. La Vierge, qui arborait une tenue blanche avec une large ceinture en tissu doré autour de la taille et des cheveux blonds, lévitait entre deux arbres.

Les preuves de la véracité de l’apparition? Mademoiselle Brise était une servante de l’Eglise. De plus, la zone entourant la chapelle a été épargnée par le grand feu de Peshtigo de 1871. L’évêque de Green Bay David Ricken a annoncé la nouvelle le 8 décembre après une enquête de deux ans qui n’a révélé «aucune preuve de fraude ou d’hérésie et une longue tradition de conversions, de guérisons et d’autres signes d’intervention divine liées à ce lieu de pèlerinage», écrit le New York Times. Le XXe siècle a vu 386 cas d’apparitions de la Vierge Marie, dont 12 ont été reconnus.

Photo: "The Virgin Mary" (1700) - Doxaras Panayotis (1662 - 1729)/Tilemahos Efthimiadis' photostream via Flickr CC License by

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Attentat terroriste sur le London Bridge, démission du Premier ministre maltais soupçonné d'ingérences dans l'enquête sur le meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia, manifestations en France contre la réforme des retraites....

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

Newsletters