Life

Auschwitz ne sera pas un jeu vidéo

Slate.fr, mis à jour le 22.12.2010 à 12 h 51

Pendant quatre ans, une jeune équipe de programmeurs a travaillé sur la réalisation d’un jeu vidéo dont l'action se situe au milieu des baraquements d’un camp de concentration de la Seconde Guerre mondiale. Imaginé et construit à partir du moteur graphique de Wolfenstein 3D, le premier first person shooter –FPS– en 3 dimensions sorti en 1992, SonderKommando Revolt devait permettre au «gamer» de se glisser dans la peau d'un prisonnier d'Auschwitz menant un soulèvement contre ses gardiens nazis. Dans le trailer, des images de tortures et de cadavres se succèdent parmi les pixels.

C’est d'ailleurs un des prétextes utilisés par la Ligue Anti-Diffamation (l'ADL) pour dénoncer la sortie de cette extension, prévue le 1 janvier 2011. Si Wolfenstein jouit d'une aura certaine parmi les joueurs, cette initiative collective de fans n'allait pas rencontrer le même enthousiasme. L'équipe décide de dévoiler les premières images du projet, sans prévoir le déchaînement médiatique qui allait se manifester devant la violence graphique et le gore. Les réactions sont un comble pour le développeur Maxim «Doomjedi» Genis, Israëlien d’origine ukrainienne qui a tenté de faire valoir sa bonne foi dans un entretien accordé à Kotaku.

«Je ne peux pas supporter qu'on me traite d'antisémite. Ces accusations m'ont tué émotionnellement... Je ne peux plus manger, dormir, travailler ou vivre, je pleure dix fois par jours. Je suis dévasté. Le projet est arrêté parce que je ne supporte pas cette exposition face aux médias. Je suis traumatisé, j'ai besoin de temps pour me reconstruire.»

L'ONG luttant contre toutes formes de discrimination a lancé ses attaques il y a un peu plus d'une semaine. La Ligue Anti-Diffamation a déclaré aussi sur Kotaku que l'annulation du jeu était nécessaire et qu'il ne pouvait voir le jour en janvier comme initialement prévu. Le qualifiant «d'effort vulgaire et rudimentaire tentant de dépeindre la résistance juive pendant cette période douloureuse. C'est un jeu vidéo grossier doté de graphismes inutilement cruels et gratuits traitant d'une époque qui ne doit en aucun cas être banalisée».

Le rabbin Abraham Cooper –représentant de l'ADL– n'a lui pas hésité à décrire le titre comme «terrifiant et inapproprié». Il confie:

«La Shoah ne doit pas être utilisée dans les jeux vidéo. Nous espérons que les promoteurs reconsidéreront cela et abandonneront leur idée. Que se passerait-il si c'était l'unique source d'information sur l'Holocauste pour toute une génération?»

Une attitude qui peut surprendre, plus d'un an après que l'ADL a fait l'éloge d'Inglorious Basterds. Le film de Quentin Tarantino pas avare de sang offrait déjà une retranscription de l'Occupation assez imaginative.

À ce sujet, Maxim Genis rajoute:

«Il y a de grosses différences. Je n'ai pas fait cette oeuvre pour l'argent ou faire parler de moi. Je n'ai pas la force de traiter avec la presse, la violation de ma vie privée me terrorise. Tarantino devait s'attendre au buzz et le vouloir. Il doit savoir comment tout cela fonctionne.»

Quant au reste de l'équipe, s'ils ne semblent pas spécialement concernés c'est qu'ils ne s'attendaient pas à une telle controverse.  

«C'est disproportionné. On pensait tous que l'ADL avait d'autres chats à fouetter.»

Le développeur a ensuite confié que la réaction de la communauté des internautes et les innombrables critiques qui se sont abattues sur le projet l'ont convaincu de mettre un terme définitivement au jeu:

«J'ai fait beaucoup de recherche et je voulais vraiment montrer que les juifs s'étaient révoltés contre les Nazis. Je voulais rendre une sorte d'hommage. Mes intentions étaient pures. Je suis désolé pour les fans de Wolfenstein3D. Le projet est remis en question et il n'y a plus de date de sortie. Je voudrais cependant les remercier de leur soutien et de l'intérêt qu'ils ont porté à notre travail.»

Finalement, l’équipe de programmeurs amateurs avait prévu de poursuivre son exploration de l’Histoire et travaillait sur un triptyque. SonderKommando 2 –le soulèvement de Varsovie et SonderKommando 3 –Mission: Treblinka ne devraient néanmoins jamais voir le jour.

Photo: capture du jeu Wolfenstein / Buggolo via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte