Life

Le mail, un truc de vieux

Slate.fr, mis à jour le 21.12.2010 à 18 h 45

Ça y est, le New York Times l'a déclaré: le mail perso n'est pas encore mort, mais officiellement has been. A tel point qu'il n'y a plus que les vieux qui l'utilisent. Après un pic en 2009, la proportion de visiteurs uniques âgés de 12 à 17 ans sur les messagerie par email a baissé, jusqu'à atteindre uniquement 18% aux Etats-Unis aujourd'hui.

Pour communiquer, les ados d'aujourd'hui préfèrent de loin le chat et les textos au fastidieux «courriel». A l'image de Lena, 17 ans: l'adolescente témoin du New York Times trouve l'email «trop nul» et reçoit les réponses à ses textos dans la seconde qui suit leur envoi.

Il y a déjà un certain temps que ça sent le roussi pour le mail. En juin déjà, Sheryl Sandberg, la directrice générale de Facebook, rappelait que seulement 11% des adolescents l'utilisent. «Si vous voulez savoir ce que les gens comme nous ferons plus tard, il faut regarder ce que les adolescents d'aujourd'hui font», explique-t-elle. D'où l'annonce de la mort imminente de ce type de messagerie.

Les messages sur Facebook ont justement beaucoup joué dans la ringardisation du mail. Plus besoin de remplir l'objet, de rédiger un texte plus ou moins formel terminé par une formule de politesse du type «Cordialement» –et il y a plus de chance que ses multitaskers de copains soient connectés au réseau social et répondent plus vite qu'à un mail. Ces messages apportent davantage de résultat et d'intensité à la communication:

«Le futur de la messagerie est plus informel, proche du temps réel et ressemble plus à une conversation», explique au New York Times Andrew Bosworth, directeur technique de Facebook.

Mais avec ce système, plus possible non plus de faire suivre en copie («cc») ou en copie cachée («cci»). Avec les nouveaux moyens de communication, il faut jouer la transparence sur les destinaitaires de ses messages.

En revanche, le mail reste le roi des rapports professionnels et administratifs. Les ados d'aujourd'hui finiront peut-être bien par devoir envoyer des pièce jointes à leurs patrons. D'où une lueur d'espoir pour les défenseurs du mail et de son étiquette. 

Photo : Subscribe to the Propagandist Email Alerts/Jonathon Narvey via Flickr, CC License by 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte