Monde

A la Commission européenne, travaillez peu quand vous gagnez plus

Slate.fr, mis à jour le 22.12.2010 à 9 h 06

La Commission européenne ne s'en cache pas, les plus hauts salaires des fonctionnaires européens peuvent atteindre 18.000 euros par mois. Jusqu’à présent, on pouvait penser que de tels montants étaient synonymes d’énorme charge de travail, ainsi que de nombreuses heures supplémentaires effectuées… Mais en fait, il s’avère que la plupart des eurocrates passent 37,5 heures hebdomadaires à leur bureau.

C’est Inge Gräßle, membre du parti chrétien-démocrate allemand (CDU) et experte financière au Parlement européen, qui a déposé une demande auprès de Maroš Šefčovič, responsable de l’Administration à la Commission européenne. «De nombreux membres de la Commission sont très souvent absents de leur bureau, et je voulais simplement savoir pourquoi», confie-t-elle à la Sueddeutsche Zeitung.

La presse allemande se passionne pour le sujet. Le Financial Times Allemagne le révélait récemment, 2.000 des 4.500 plus gros revenus européens se font payer des heures sup lorsque leur semaine de travail excède 37,5 heures. En tout, ils ont droit de compenser leurs heures supplémentaires en récupérant jusqu’à 24 journées par an.

Outre ces compensations, les fonctionnaires européens ne manquent pas de jours de repos. En plus des 18 jours fériés octroyés aux employés de Bruxelles, il ne faut pas oublier les classiques vacances d’été, allant de 24 à 30 jours par an. Si l’on ajoute les congés spéciaux ou les congés sans solde, dits «de convenance personnelle», les fonctionnaires les mieux avisés peuvent s’abstenir de venir au bureau plus de douze semaines par an...

«Cela ne peut pas nous être indifférent», lâche Inge Gäßler, qui encourage vivement une réforme du statut des fonctionnaires européens. La commission doit présenter une refonte en 2011. Mais rien ne dit quelle allure prendra la réforme, ni quand elle sera effective.

Jusque-là, les fonctionnaires européens ont toujours réussi à maintenir leurs privilèges. Pas plus tard qu’en novembre dernier, les syndicats ont défendu bec et ongles auprès de la Cour Européenne de justice une revalorisation salariale de 3,7%. Et ils l’ont obtenue.

Photo: La Commission européenne / tiseb via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte