Monde

Julian Assange n'aime pas les fuites qui le concernent

Temps de lecture : 5 min

Aux avocats de Julian Assange de crier à la violation de confidentialité. Cette fois-ci, ce ne sont plus des câbles diplomatiques qui dérangent, mais des documents de la police suédoise révélés par The Guardian le 17 décembre. Le quotidien britannique a rendu publiques les allégations des deux femmes qui accusent le fondateur de Wikileaks de les avoir violées au mois d’août. Bjorn Hurtig, l’avocat suédois de Julian Assange, a réclamé une enquête pour découvrir comment ces documents ont pu être publiés, d’après le Sunday Time (article payant), relayé par The First Post.

L’avocat s’est dit «très inquiet» puisque cet événement met son client et sa défense «en mauvaise posture»:

«Je n’aime pas l’idée que Julian se trouve dans un procès forcé dans les médias. Et je suis très préoccupé par le fait qu’il sera confronté pour la première fois à ces pièces à conviction dans sa propre langue en lisant le journal.»

«Je ne sais pas qui a pu donner ces documents aux médias, mais il ne peut avoir qu’un objectif: donner une mauvaise image de Julian», a également déclaré Bjorn Hurtig.

Pour preuve, un autre soutien pointe le timing «cyniquement calculé» de la publication de ces documents, pile après la libération sous caution d’Assange, le 16 décembre... alors que le fondateur de Wikileaks lutte actuellement contre son extradition vers la Suède, rapporte The Australian.

C’est aussi l’avis de Julian Assange, hébergé par des soutiens dans un manoir anglais. Tandis que Joe Biden le taxe de «terroriste high-tech» et que la Maison Blanche cherche un moyen d’accélérer son extradition, l’Australien maintient sa ligne de défense. Selon lui, les poursuites judiciaires et son arrestation au Royaume-Uni font partie d’un complot. Dans une interview à El Pais –sa première depuis qu’il est sorti de prison– il qualifie l’article de The Guardian de «dernière action de la campagne de discrédit dont [il est] la victime»:

«Ce que cette campagne de discrédit a réussi à faire, c’est créer une immense boîte noire. Et dessus, ils ont mis le mot “viol”. Mais on nous a refusé, à nous et au monde entier, de voir ce qu’il y a dedans. Le public obtient petit à petit des détails sur les allégations qui se trouvent dans cette boîte. Mais aucune personne raisonnable ne qualifierait ce qui s’est passé de viol, même en connaissant ces allégations.»

Photo: Reuters

Aux avocats de Julian Assange de crier à la violation de confidentialité. Cette fois-ci, ce ne sont plus des câbles diplomatiques qui dérangent, mais des documents de la police suédoise révélés par The Guardian le 17 décembre. Le quotidien britannique a rendu publics les allégations des deux femmes qui accusent le fondateur de Wikileaks de les avoir violées au mois d’août. Bjorn Hurtig, l’avocat suédois de Julian Assange, a réclamé une enquête pour découvrir comment ces documents ont pu être publiés, d’après le Sunday Time (article payant), relayé par The First Post.

L’avocat s’est dit “très inquiet” puisque cet événement met son client et sa défense “en mauvaise posture”:

Je n’aime pas l’idée que Julian se trouve dans un procès forcé dans les médias. Et je suis très préoccupé par le fait qu’il sera confronté pour la première fois à ces pièces à conviction dans sa propre langue en lisant le journal.” “Je ne sais pas qui a pu donner ces documents aux médias, mais il ne peut avoir qu’un objectif : donner une mauvaise image de Julian”, a également déclaré Bjorn Hurtig.

Pour preuve, un autre soutien pointe le timing “cyniquement calculé” de la publication de ces documents, pile après la libération sous caution d’Assange, le 16 décembre... alors que le fondateur de Wikileaks lutte actuellement contre son extradition vers la Suède, rapporte The Australian.

C’est aussi l’avis de Julian Assange, hébergé par des soutiens dans un manoir anglais. Tandis que Joe Biden le taxe de “terroriste high-tech” et que la Maison Blanche cherche un moyen d’accélérer son extradition, l’Australien maintient sa ligne de défense. Selon lui, les poursuites judiciaires et son arrestation au Royaume-Uni font partie d’un complot. Dans une interview à El Pais - sa première depuis qu’il est sorti de prison - il qualifie l’article de The Guardian de “dernière action de la campagne de discrédit dont [il est] la victime”:

Ce que cette campagne de discrédit a réussi à faire, c’est créer une immense boîte noire. Et dessus, ils ont mis le mot “viol”. Mais on nous a refusé, à nous et au monde entier, de voir ce qu’il y a dedans. Le public obtient petit à petit des détails sur les allégations qui se trouvent dans cette boîte. Mais aucune personne raisonnable ne qualifierait ce qui s’est passé de viol, même en connaissant ces allégations.

En substance, d’après les révélations du quotidien britannique, les deux suédoises qui accusent Julian Assange auraient consenti d’avoir des relations sexuelles avec lui, mais pas de la même façon que lui.

Aux avocats de Julian Assange de crier à la violation de confidentialité. Cette fois-ci, ce ne sont plus des câbles diplomatiques qui dérangent, mais des documents de la police suédoise révélés par The Guardian le 17 décembre. Le quotidien britannique a rendu publics les allégations des deux femmes qui accusent le fondateur de Wikileaks de les avoir violées au mois d’août. Bjorn Hurtig, l’avocat suédois de Julian Assange, a réclamé une enquête pour découvrir comment ces documents ont pu être publiés, d’après le Sunday Time (article payant), relayé par The First Post.

L’avocat s’est dit “très inquiet” puisque cet événement met son client et sa défense “en mauvaise posture”:

“Je n’aime pas l’idée que Julian se trouve dans un procès forcé dans les médias. Et je suis très préoccupé par le fait qu’il sera confronté pour la première fois à ces pièces à conviction dans sa propre langue en lisant le journal.” “Je ne sais pas qui a pu donner ces documents aux médias, mais il ne peut avoir qu’un objectif : donner une mauvaise image de Julian”, a également déclaré Bjorn Hurtig.

Pour preuve, un autre soutien pointe le timing “cyniquement calculé” de la publication de ces documents, pile après la libération sous caution d’Assange, le 16 décembre... alors que le fondateur de Wikileaks lutte actuellement contre son extradition vers la Suède, rapporte The Australian.

C’est aussi l’avis de Julian Assange, hébergé par des soutiens dans un manoir anglais. Tandis que Joe Biden le taxe de “terroriste high-tech” et que la Maison Blanche cherche un moyen d’accélérer son extradition, l’Australien maintient sa ligne de défense. Selon lui, les poursuites judiciaires et son arrestation au Royaume-Uni font partie d’un complot. Dans une interview à El Pais - sa première depuis qu’il est sorti de prison - il qualifie l’article de The Guardian de “dernière action de la campagne de discrédit dont [il est] la victime”:

“Ce que cette campagne de discrédit a réussi à faire, c’est créer une immense boîte noire. Et dessus, ils ont mis le mot “viol”. Mais on nous a refusé, à nous et au monde entier, de voir ce qu’il y a dedans. Le public obtient petit à petit des détails sur les allégations qui se trouvent dans cette boîte. Mais aucune personne raisonnable ne qualifierait ce qui s’est passé de viol, même en connaissant ces allégations.”

En substance, d’après les révélations du quotidien britannique, les deux suédoises qui accusent Julian Assange auraient consenti d’avoir des relations sexuelles avec lui, mais pas de la même façon que lui.

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters