Monde

Julian Assange est bel et bien accusé de viol

Slate.fr, mis à jour le 19.12.2010 à 11 h 48

Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, a été libéré de prison sous caution jeudi 16 décembre après avoir été retenu par la police britannique suite à la diffusion d’un mandat d’arrêt suédois. La bataille judiciaire et les accusations contre Assange sont devenues au fil des semaines très floues, notamment parce que ses défenseurs affirment depuis le début qu’il s’agit d’un complot de la CIA. Certains médias, comme AOL News, ont également participé à la confusion en écrivant qu’Assange était poursuivi pour «sexe par surprise».

Mais certains faits sont avérés: Assange est accusé «de coercition illégale, deux cas d’agression sexuelle et d’un viol», résume le magazine Wired. Le Guardian, qui a eu accès aux rapports de police, vient à son tour clarifier l’affaire, et les révélations du quotidien britannique ne sont pas bonnes pour les soutiens d’Assange. Premièrement, il semblerait que l’avocat britannique d’Assange ait bien eu accès à l’intégralité de la plainte contre son client, contrairement à ce qu’il a affirmé dans les médias.

A propos des accusations, elles portent toutes sur des faits qui se sont produits sur une période de 10 jours. Une des femmes, appelée A, affirme qu’Assange a insisté malgré ses tentatives pour arrêter. Alors qu’ils étaient sur le point de faire l’amour, Assange l’aurait empêché à plusieurs reprises de prendre un préservatif «en tenant ses bras et en coinçant ses jambes». Quand il a enfin accepté d’utiliser un préservatif, la femme l’accuse d’avoir fait quelque chose qui a entraîné la déchirure du préservatif et d’avoir «éjaculé sans se retirer», rapporte le Guardian. L’autre femme, appelée W, a déclaré qu’Assange avait commencé à lui faire l’amour sans préservatif alors qu’elle dormait.

Assange a toujours nié tout méfait et prétend que les accusations font partie d’un complot contre lui. Une des raisons pour lesquelles l’affaire est si déroutante est qu’il «ne s’agit pas d’un cas de viol parfait», écrit le site Jezebel. Les femmes qui ont porté plainte avaient des relations amicales avec Assange, et elles ont peut-être voulu faire l’amour avec lui, mais elles ne voulaient apparemment pas faire l’amour de la même manière que lui, ce qui brouille les pistes pour certains. Mais comme le souligne la bloggeuse américaine Kate Harding, une chose est claire et très facile à comprendre:

«Être consentante pour faire l’amour avec un préservatif et être consentante pour le faire sans sont deux choses tout à fait différentes.»

Photo: un des portraits de Julian Assange sur son probable profil sur OKCupid.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte