Monde

A Bruxelles, un mur Twitter anti-Berlusconi

Temps de lecture : 2 min

«Berluconi paye pour du sexe, pour des votes, pour la protection de la mafia, pour tout ce qu’il peut acheter. Et ce qu’il ne peut pas acheter, il le vole». «Berluconi est un mafieux et il fait des lois pour ne pas être jugé». Ce sont quelques uns des messages Twitter que pouvaient lire sur des écrans géants les personnes qui déambulaient dans le hall central du sommet européen de Bruxelles, jeudi 16 décembre.

Les organisateurs avaient en effet imaginé un «mur Twitter» diffusant en temps réel des messages des internautes qui utilisaient le «tag» (mot-clef) #EUCO mais, comme le rapporte le Guardian, ils ont été forcés de le fermer «afin d’éviter d’embarrasser Silvio Berlusconi» et l’ont remplacé par «des images anodines du sommet et le logo du Conseil européen». D’après le quotidien, ce sont les messages envoyés par l’utilisateur @mpietropoli qui ont poussé le service du presse du sommet à réagir, quand il s’est mis à poster des citations de Berlusconi disant du bien de Mussolini: «Mussolini n’a jamais tué personne, il avait l’habitude d’envoyer des gens en vacances en exil». Dana Manescu, du service de presse, a reconnu que le mur «n’était pas modéré» par les organisateurs et que «beaucoup de messages étaient, disons... très francs».

Photo: un message posté sur Twitter par l'utilisateur @mpietropoli.

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Newsletters