Monde

L'accord entre Wikileaks et le Spiegel est-il illégal?

Slate.fr, mis à jour le 16.12.2010 à 19 h 10

Image Wikileaks

Image Wikileaks

Le 12 décembre dernier, la journaliste indépendante allemande Christiane Schulzki-Haddouti annonçait sur son blog qu’elle avait déposé plainte contre l’hebdomadaire Der Spiegel auprès conseil de la presse. Motif : Wikileaks publie depuis deux semaines une sélection de câbles diplomatiques, que seul le partenaire exclusif a le droit de comprendre et de décrypter.

Dans cette affaire, le Conseil de la presse devra sans doute s’attaquer à des questions plus fondamentales : cComment caractériser Wikileaks ? Est-ce un informateur ? Un média journalistique ? Ou quelque chose d’encore tout à fait inconnu? Cette classification a pourtant une grande importance, puisque que, selon Christiane Schulzki-Haddouti, c’est l’article I du code allemand de déontologie journalistique que le Spiegel piétine ici ! L’article en question interdit tout contrat exclusif avec un informateur lorsqu’il s’agit «d’activités ou de faits essentiels à la formation de l’opinion». Et on lit plus loin: «Qui aspire à un monopole de l’information coupe le reste de la presse de ces mêmes renseignements, et empêche par là même la liberté d’information.»

Et c’est ce qui se passe concrètement, selon Christiane Schulzki-Haddouti, qui confie d’ailleurs à la TAZ qu’elle ressentait les choses comme un réel désavantage pour les autres rédactions et les journalistes indépendants. Car ces derniers ignorent, par exemple, si sur un même thème, d’autres dépêches existent. « La sélection des dépêches actuellement pratiquée n’est pas satisfaisante pour ceux qui veulent creuser une question ». À travers sa plainte, la bloggeuse souhaite au moins soulever un débat sur les méthodes actuelles, et faire envisager autrement la publication des prochaines fuites.

Lutz Tillmans, président du Conseil de la presse, confirme avoir reçu la plainte, qui est actuellement en cours d’examen préliminaire. Si aucune objection n’est émise, le Spiegel, qui a refusé tout commentaire à la Tageszeitung, devra donc s’expliquer. Mais il reste du temps avant qu’une décision ne soit prise : La prochaine commission des plaintes ne se réunit qu’en mars 2011. Que la journaliste obtienne une condamnation de la publication est encore chose incertaine. En revanche, la procédure pourrait préciser le statut de Wikileaks, et révéler les détails des accords exclusifs que Julian Assange a passés avec ses cinq partenaires médiatiques.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte