France

Un hôtel de charme à Versailles

Temps de lecture : 2 min

Que ceux qui ont déjà rêvé de passer une nuit de roi se réjouissent: l'hôtel du Grand Contrôle, qui appartient au château de Versailles, va être transformé en «hôtel de charme».

L'hôtel de luxe, qui ouvrira fin 2011, aura 23 chambres, explique le président de l'établissement public du château et du domaine national de Versailles, Jean-Jacques Aillagon.

La société Ivy International, un holding familial belge, sera en charge pendant 30 ans de rénover et d'exploiter ce bâtiment qui date du XVIIe siècle. L'hôtel du Grand Contrôle est un hôtel particulier de 1.700 m2 construit par Jules Hardouin-Mansart en 1684, et se situe dans une rue qui borde le domaine de Versailles.

Il tire son nom pas très hôtel de charme de ses anciennes fonctions: il a d'abord servi au contrôle général des finances de 1723 à la Révolution. L'hôtel n'a été restitué qu'en 2009 à l'établissement public du château de Versailles par le ministère de la Défense, dans «un état très délabré», a déclaré Jean-Jacques Aillagon. Le bâtiment sera «restauré, aux frais du holding et dans le respect du cahier des charges des Monuments historiques» a-t-il ajouté:

«J'avais le souci de le sauver, de faire en sorte qu'il soit traité de façon distinguée car il est vraiment planté dans le décor même s'il n'est pas dans le jardin lui-même. On le voit du parterre de l'Orangerie et il est très présent.»

Certaines des chambres de l'hôtel auront d'ailleurs vue sur l'Orangerie, d'autres sur le bassin des Suisses ou le château lui-même.

Le montant des travaux est estimé à 5,5 millions d'euros. La société versera à l'établissement public une redevance annuelle calculée selon le chiffre d'affaires de l'hôtel. Versailles espère en retirer «environ 300.000 euros par an». Et le chargé des questions budgétaires au château explique:

«Nous n'avions aucun usage de ce bâtiment et, de toute façon, nous ­n'avions pas les moyens de le remettre sur pied.»

Jean-Jacques Aillagon affirme qu'Ivy est une structure créée pour répondre à l'appel à projets passé l'an dernier par la présidence de Versailles. Son actionnaire principal est un éditeur belge, déjà propriétaire du Grand Hôtel des Bains à Locquirec.

L'argent rapporté par la redevance devrait aider Versailles à contrer les effets d'une baisse des subventions de l'Etat pour 2011.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Photo: La Seine, bronze fondu placé sur la margelle occidentale du Bassin du Nord du Parterre d'Eau des jardins de Versailles, et façade ouest du château de Versailles / Jean-Christophe Benoist via Wikimedia Commons

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio