Économie

La mystérieuse réunion des banquiers de Wall Street

Temps de lecture : 2 min

«Le troisième mercredi de chaque mois, neuf membres de l’élite de Wall Street se rassemblent au coeur de Manhattan.» Cette phrase ouvre une longue enquête du New York Times sur une mystérieuse réunion de financiers américains destinée à «protéger les intérêts des grandes banques [JPMorgan Chase, Goldman Sachs, Morgan Stanley...] sur le vaste marché des produits dérivés, un des champs de la finance les plus profitables et controversés». L’objectif est de bloquer l’entrée d’autres acteurs et de tenter de limiter la transparence du marché sur les prix et les commissions pratiquées, beaucoup moins grande que pour la Bourse. Les noms des banquiers en question sont divulgués, mais ils ont refusé de s’exprimer.

Les produits dérivés, qui ont connu une explosion ces dernières années, sont des instruments qui permettent notamment à un acteur économique de se prémunir contre un événement (hausse inattendue des cours de l’énergie ou des matières premières, défaut de remboursement d’un prêt...) moyennant un certain coût. Selon le quotidien, l’influence des banques sur ce marché, qui passe par des organismes appelés «chambres de compensation» destinés à limiter les risques, «se révèle coûteuse pour les entreprises, petites et grandes». Avec, à l’appui, une métaphore éclairante:

«C’est comme si un agent immobilier vendait une maison et que l’acheteur savait seulement la somme à payer et le vendeur la somme qu’il va recevoir. L’agent, lui, mettrait la différence dans sa poche en guise de commission sans la divulguer. De plus, il serait le seul à pouvoir accéder facilement aux prix payés récemment pour d’autres maisons du quartier.»

Photo: une vue de New York. REUTERS/Gary Hershorn.

Slate.fr

Newsletters

Chez les trentenaires, les hommes empruntent bien plus à leurs parents que les femmes

Chez les trentenaires, les hommes empruntent bien plus à leurs parents que les femmes

Plus les jeunes adultes vieillissent, plus l'écart entre les genres se creuse.

Avec Locatio, le gouvernement va (encore) emmerder les plus pauvres

Avec Locatio, le gouvernement va (encore) emmerder les plus pauvres

Avec cette start-up présentée par Édouard Philippe comme «innovante», l'État veut restaurer la confiance entre locataires et propriétaires. Mais il existait déjà des dispositifs de garantie.

Andrew Yang, le candidat geek qui veut convertir les États-Unis au revenu universel

Andrew Yang, le candidat geek qui veut convertir les États-Unis au revenu universel

Il n’est pas le plus connu des Démocrates qui briguent la présidence, mais le businessman est sans doute le plus original.

Newsletters