Monde

Jihad? Je peux pas, y a Friends à la télé

Slate.fr, mis à jour le 08.12.2010 à 18 h 06

Desperate Housewives, Friends et les talks-shows américains font davantage pour convaincre les jeunes Saoudiens de rejeter le jihad que les centaines de millions de dollars dépensés par le gouvernement américain en propagande, affirme l'un des câbles diplomatiques fuités par Wikileaks et relayé par The Guardian.

Dans ce câble de 2009, au paragraphe intitulé «David Letterman: Agent d'influence» (David Letterman est le présentateur d'un des talk-shows les plus connus des Etats-Unis), une source affirme à l'ambassade américaine de Djeddah que des sitcoms diffusées sans censure et avec des sous-titre en arabe sur une chaîne saoudienne dans le cadre de la «guerre des idées» du royaume contre ses extrémistes se sont montrées plus efficaces que la chaîne d'information en arabe al-Hurra, financée par le gouvernement américain.

En clair, des acteurs comme Eva Longoria, Jennifer Aniston ou David Schwimmer donnent plus d'impact aux émissions commerciales qu'à l'information d'al-Hurra, une chaîne qui aurait coûté 500 millions de dollars (379 millions d'euros) d'argent public.

La source, un des directeurs de la chaîne d'information al-Arabiya, explique ainsi aux diplomates que «ces programmes sont aussi très populaires dans les coins les plus éloignés et conservateurs du pays, où il a dit "qu'on ne voit plus de Bédouins, mais des ados habillés à l'occidentale" et qui s'intéressent désormais au reste du monde». Avant d'ajouter:

«Tout le monde veut étudier aux Etats-Unis si c'est possible. Ils sont fascinés par la culture américaine comme ils ne l'ont jamais été auparavant.»

Le blog télé du Time note cependant que la pop culture et ses messages ont beau avoir une influence étendue et variée, elle n'est pas facilement prévisible ni universelle:

«Par exemple, le câble ne dit pas si, en plus d'occidentaliser une partie du public saoudien, la domination de messages occidentaux dans les médias radicalise l'attitude des jihadistes.»

Quels sont les thèmes hollywoodiens appréciés par les Saoudiens? Les trois principaux, relevés par  The Guardian, sont l'honnêteté des héros face à la corruption (Ah, George Clooney dans Michael Clayton!), le soutien des maris pour leur épouse dans des relations amoureuses difficiles (le câble décrit des films, mais sans en citer les titres), et le respect pour la loi qui passe devant ses intérêts particuliers (Al Pacino et Robin Williams dans Insomnia).

Photo: Photo promotionnelle de la série Friends

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte