Monde

Wikileaks: la Chine dirige des attaques informatiques

Temps de lecture : 2 min

Les attaques informatiques contre les serveurs de Google aux Etats-Unis qui ont entraîné le groupe à se retirer de Chine étaient dirigées par un membre du Parti communiste chinois, selon une source citée dans un des câbles du Département d’Etat fuités par Wikileaks. Si cette affirmation «a été remise en question», comme le rapporte le New York Times, de nombreux câbles envoyés par l’ambassade américaine en Chine montrent comment les dirigeants chinois sont devenus obsédés par leur volonté de limiter la portée d’Internet. En fait, une des raisons pour lesquelles le dirigeant chinois en question est devenu obsédé par Google a été sa découverte d’informations critiques sur lui-même au cours d’une recherche en chinois sur le moteur de recherche.

Les câbles décrivent également les opérations de hacking dirigées contre «le gouvernement américain et les données militaires», note le New York Times. Si beaucoup d’occidentaux estiment qu’Internet va mener le gouvernement chinois à sa perte, le conflit très médiatisé entre Google et la Chine sont la preuve pour les responsables chinois qu’ils peuvent en fin de compte contrôler Internet à leur avantage.

Photo de une: le siège de Google à Pékin, Reuters/ Alfred Jin.

Pour mieux vous retrouver dans cette masse de documents qui jettent une lumière crue sur la diplomatie mondiale, Slate.fr, en partenariat avec Owni.fr et LeSoir.be, vous propose de suivre les développements du dossier grâce au live-blogging assuré par Owni ainsi que grâce à une application développée pour l'occasion.

Newsletters

Aux États-Unis, ce que les migrants disent aux psys peut être utilisé contre eux

Aux États-Unis, ce que les migrants disent aux psys peut être utilisé contre eux

Les mineurs demandeurs d'asile ont des entretiens obligatoires avec des psychologues, mais les détails de ces conversations ont déjà été utilisées par l'agence de contrôle de l'immigration.

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

Elle se méfie de ce mouvement citoyen, dont le slogan «État civil, non militaire» est explicite.

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

De Wuhan à Shanghai, nous avons recueilli les témoignages de personnes reclues chez elles pour se protéger du Covid-19, de gré ou de force.

Newsletters