Monde

Wikileaks: la Chine dirige des attaques informatiques

Temps de lecture : 2 min

Les attaques informatiques contre les serveurs de Google aux Etats-Unis qui ont entraîné le groupe à se retirer de Chine étaient dirigées par un membre du Parti communiste chinois, selon une source citée dans un des câbles du Département d’Etat fuités par Wikileaks. Si cette affirmation «a été remise en question», comme le rapporte le New York Times, de nombreux câbles envoyés par l’ambassade américaine en Chine montrent comment les dirigeants chinois sont devenus obsédés par leur volonté de limiter la portée d’Internet. En fait, une des raisons pour lesquelles le dirigeant chinois en question est devenu obsédé par Google a été sa découverte d’informations critiques sur lui-même au cours d’une recherche en chinois sur le moteur de recherche.

Les câbles décrivent également les opérations de hacking dirigées contre «le gouvernement américain et les données militaires», note le New York Times. Si beaucoup d’occidentaux estiment qu’Internet va mener le gouvernement chinois à sa perte, le conflit très médiatisé entre Google et la Chine sont la preuve pour les responsables chinois qu’ils peuvent en fin de compte contrôler Internet à leur avantage.

Photo de une: le siège de Google à Pékin, Reuters/ Alfred Jin.

Pour mieux vous retrouver dans cette masse de documents qui jettent une lumière crue sur la diplomatie mondiale, Slate.fr, en partenariat avec Owni.fr et LeSoir.be, vous propose de suivre les développements du dossier grâce au live-blogging assuré par Owni ainsi que grâce à une application développée pour l'occasion.

Slate.fr

Newsletters

Des hommes politiques américains refusent d'être interviewés par une femme

Des hommes politiques américains refusent d'être interviewés par une femme

Robert Foster et Bill Waller, candidats au poste de gouverneur du Mississippi, ne veulent pas se retrouver seuls avec une journaliste, notamment sous prétexte de respect de leur foi chrétienne.

Sans elle, Istanbul serait peut-être toujours aux mains d'Erdoğan

Sans elle, Istanbul serait peut-être toujours aux mains d'Erdoğan

Canan Kaftancıoğlu, 47 ans, comparaît ce 18 juillet pour avoir critiqué le président turc sur les réseaux sociaux. Elle pourrait écoper d'une peine de dix-sept ans d'emprisonnement.

À Shanghai, on ne plaisante (vraiment) plus avec le tri des déchets

À Shanghai, on ne plaisante (vraiment) plus avec le tri des déchets

Des amendes pour les mauvais·es élèves et des heures à respecter, la métropole chinoise met les bouchées doubles en matière de recyclage.

Newsletters