Monde

Etudiants en diplomatie, ne citez pas Wikileaks

Temps de lecture : 2 min

Etudiants américains, vous voulez faire carrière dans la diplomatie? Ne mentionnez pas les fuites de mémos diplomatiques de Wikileaks et ne faites pas de commentaires dessus sur Facebook, Twitter ou sur d'autres réseaux sociaux. C'est le constat que dresse un blogueur du site spécialisé dans la politique et la culture arabes The Arabist, qui explique avoir reçu copie d'un e-mail transmis par un étudiant de l'université de Columbia qui prouve que «les ambitieux jeunots qui étudient les relations internationales et projettent une carrière diplomatique sont prévenus de ne pas s'approcher de trop près du Cablegate». Envoyé par le bureau emploi de l'université, ce mail mentionne des informations tranmises par un ancien élève travaillant au Département d'Etat, le ministère des Affaires étrangères américain:

«Il vous recommande de ne PAS poster des liens ou faire des commentaires sur les documents divulgués par Wikileaks sur des réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter. Vous engager dans une telle activité remettrait en question votre capacité à traiter des informations confidentielles, ce qui fait partie intégrante de la plupart des postes au sein du gouvernement fédéral»

The Lede, un blog du New York Times, a confirmé auprès de Columbia la véracité de l'e-mail en question, et affirme que «la publication des câbles diplomatiques a évidemment été observée avec beaucoup d'intérêt du côté des étudiants, potentiels futurs diplomates, et de leurs professeurs, dont certains sont des retraités du secteur».

Le site cite également un post de blog d'un professeur de Columbia, Gary Sick, ancien haut fonctionnaire des administrations Ford, Carter et Reagan, selon qui «un des résultats les plus importants de la divulgation des mémos diplomatiques par Wikileaks est qu'elle nous rapproche du moment où il sera possible d'avoir une discussion politique raisonnablement informée». Un commentaire que, comme le note ironiquement le site, ses étudiants seront donc bien inspirés de ne pas poster sur leur compte Facebook... Et ce alors que le post en question est pourtant bien mis en valeur sur la page d'accueil de la School of International and Public Affairs de l'université.

Photo: des diplômés de la School of International and Public Affairs de Columbia (DR).

Slate.fr

Newsletters

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Newsletters