France

Clubs parlementaires: un lobbying gastronomique

Slate.fr, mis à jour le 24.11.2010 à 14 h 14

L'inscription du repas gastronomique français au «patrimoine immatériel de l'humanité» a dû en réjouir certains encore plus que d'autres. Les membres du Club parlementaire de la table française avaient en effet activement soutenu la candidature française déposée auprès de l'Unesco. Fondée en 2009, cette structure fait partie des clubs parlementaires qui, sous couvert de la défense de bonnes causes, servent bien souvent de relais aux lobbies de certains secteurs. Et ceux-ci ne manquent pas d'arguments pour s'attirer les bonnes intentions de nos députés et sénateurs.

Le site du magazine Réponse à tout! a relevé plusieurs exemples de ces cercles pour le moins épicuriens. Ainsi, le Club des amis du cochon, présidé par le président de la Fédération nationale porcine, regrouperait 250 parlementaires et 100 élus locaux, dont Jacques Chirac, Jean-Pierre Raffarin et François Hollande. Son but est de faire en sorte qu'éleveurs et politiques se rencontrent et puissent débattre dans les meilleures conditions possibles, le plus souvent lors de rendez-vous gourmands. Les bénéfices ne sont pas négligeables. Ainsi, le 17 février 2009, 40 parlementaires avaient manifesté devant l'Assemblée pour dénoncer les cours trop bas de la viande porcine.

Autre club influent: l'Association nationale des élus de la vigne et du vin (ANEV), qui compterait 110 parlementaires. Soutenue par les producteurs de vin, elle a pour but «de constituer un réseau d'élus du vin au-delà de tous clivages politiques et géographiques» afin de «promouvoir le dynamisme du secteur». De fait, les vertus rassembleuses du vin semblent jouer à plein: l'association est co-présidée par le député UMP Philippe Martin et le sénateur socialiste Roland Courteau. Et pour sensibiliser les élus aux problèmes de la viticulture, rien de tel qu'une bonne dégustation, comme celle qui a été organisée le 2 février 2010 dans la salle des fêtes de l'Assemblée. Étaient présents une cinquantaine de députés ainsi que certains ministres, dont Michèle Alliot-Marie et Xavier Darcos. L'occasion pour les professionnels du secteurs de glisser, entre deux verres, quelques idées d'amendements à l'oreille de nos responsables politiques...

La gastronomie et le bon vin français ne sont cependant pas les seuls plaisirs ardemment défendus par certains élus. Ainsi, le maire d'Issy-les-Moulineaux, André Santini, a créé en 1991 le Club des parlementaires amateurs de havanes, dont il s'est autoproclamé président à vie. Ce cercle compterait pas moins de 140 membres et aurait vu défiler dans ses rangs des personnalités telles qu'Alain Juppé, Édouard Balladur ou Nicolas Sarkozy. S'il n'ont pas pu empêcher la plupart des lois anti-tabac, les parlementaires aficionados du cigare auraient tout de même obtenu le passage à la trappe d'un amendement des Verts prévoyant l'interdiction de fumer à la terrasse des bars et restaurants. Précisons que ce club a compté parmi ses parrains le groupe British American Tobacco, l'un des plus importants producteurs de tabac et cigarettes du monde...

Photo: Chausson au camembert et aux pommes. Benoit Darcy via Flickr, CC Licence By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte