Monde

La France, c'est le Pérou

Temps de lecture : 2 min

«Que se passerait-il si le monde était redessiné de façon à ce que les habitants du pays doté de la population la plus importante déménagent dans le pays doté du plus important territoire? Si les habitants du deuxième pays le plus peuplé déménageaient sur le deuxième territoire le plus grand, et ainsi de suite?».

C’est la question que pose le blog Strange Maps, qui a repéré en ligne une «déconcertante» carte du monde qui applique ce principe. Avec des conclusions plutôt amusantes: la Russie, qui dispose du territoire le plus grand, devrait le céder à la Chine, pays le plus peuplé, et se réfugier au Kazakhstan. L’Inde récupérerait le territoire du Canada tandis que les Américains, chanceux, auraient le droit de conserver le leur en tant que troisième population et territoire mondial, de même que le Brésil.

Et la France? Elle récupérerait le territoire du Pérou et aurait pour nouveaux voisins le Brésil, le Portugal (à la place de l’Equateur), l’Afrique du Sud (à la place de la Colombie), l’Ukraine (à la place de la Bolivie) et le Maroc (à la place du Chili). Pendant ce temps-là, Paris aurait des petits airs de Kuala Lumpur, puisque ce sont les Malaisiens qui s'installeraient dans l'Hexagone.

Photo: la carte du monde réarrangée selon les territoires et les populations (DR)

Newsletters

Hong Kong, Taïwan, jusqu'où peut aller Pékin?

Hong Kong, Taïwan, jusqu'où peut aller Pékin?

Rétrocédé par le Royaume-Uni en 1997, Hong Kong garde depuis un statut à part –un pays, deux systèmes. Cela agace Pékin, qui aimerait reprendre le contrôle de la province où le mouvement pro-démocratie, en sommeil pendant la crise...

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

Un·e jeune âgé·e de 18 à 29 ans sur six a perdu son emploi depuis le début de l'épidémie.

Au Venezuela, le Covid-19 sonne le signal du retour au pays

Au Venezuela, le Covid-19 sonne le signal du retour au pays

Frappées durement par le confinement dans les pays où elles se sont réfugiées, des dizaines de milliers de personnes n'ont d'autre choix que de rentrer, par tous les moyens.

Newsletters