Monde

Le terrorisme low cost d'al-Qaida

Temps de lecture : 2 min

Pour mettre l’Amérique à genoux, «nous n’avons pas besoin de frapper fort», affirme la rédaction du magazine d’al-Qaida, «Inspire», dans un numéro spécial. Au contraire, détaille le périodique de langue anglaise dans un article signé al-Qaida dans la péninsule arabique (aqpa). Prenant l’exemple des dernières attaques revendiquées par le réseau terroriste, l'envoi par avion cargo de colis piégés aux Etats-Unis, les rédacteurs estiment que l’utilisation de deux téléphones de marque Nokia (valeur 150$), de deux imprimantes de marques HP (valeur 300$), les frais d’expédition et divers dépenses ne leur a pas coûté plus de 4200 dollars américains (environ 3.000 euros).

Ce qui, vu les perturbations causées par ces tentatives avortées, est assez rentable… Le 29 octobre dernier en effet, la découverte de ces deux colis, à Dubaï et en Angleterre, avait entraîné une alerte mondiale sur tout le fret aérien et la suspension de tout trafic fret à partir du Yémen.

Selon le magazine, le but de l’opération «Hémorragie» n’était pas de causer le maximum de victimes, mais de causer le maximum de dégâts économiques. «Nous savions que les avions cargo sont dirigés par deux personnes, le pilote et son co-pilote, écrivent les auteurs. Il s’agissait clairement de frapper la très riche industrie du transport de colis.

Cette opération va probablement coûter «des milliards de dollars en nouvelles mesures de sécurité, pour les Etats-Unis et les autres pays occidentaux, estime l’aqpa. C'est ce qu'on appelle un bon retour sur investissement». «Cette stratégie d'attaque de l'ennemi avec des opérations plus petites, mais plus fréquentes, est ce que certains appellent la stratégie des milliers de coupures. Le but est de saigner à blanc l'ennemi», a indiqué le réseau.

Aqpa est l’un des groupes affiliés à al-Qaïda les plus actifs du moment, rappelle le FT. Outre ces attaques contre les avions cargo de fin octobre, le mouvement basé au Yémen et lancé en 2009 avait déjà revendiqué l’attaque, elle aussi avortée, contre un avion de ligne à Noël dernier, en équipant un jeune Nigérian d’explosifs cachés dans son pantalon.

Présenter ces échecs comme des succès économiques est en tout cas une nouvelle stratégie de communication.

Newsletters

Aux États-Unis, une redéfinition radicale du mot «racisme»

Aux États-Unis, une redéfinition radicale du mot «racisme»

Le terme n'est plus uniquement utilisé pour décrire des préjugés ou des discriminations, mais pour évoquer un système de domination blanche qui aurait infecté la société entière.

En Argentine, le footing devient un acte politique

En Argentine, le footing devient un acte politique

Dans le contexte de confinement sans fin que traverse Buenos Aires, l'adepte de la course à pied est peut-être devenu·e un·e opposant·e à la politique du gouvernement central.

C'est le son de la police: le bruit aussi peut être une arme

C'est le son de la police: le bruit aussi peut être une arme

Aux États-Unis, l'usage des armes sonores employées contre les manifestant·es s'est largement répandu ces derniers mois, dans le contexte des rassemblements pour George Floyd.

Newsletters