Life

Le froid rend-il intelligent?

Slate.fr, mis à jour le 21.11.2010 à 13 h 00

Flickr licence by CC / Furryscaly

Flickr licence by CC / Furryscaly

La météo vous déprime? Vous ne rêvez qu’à descendre dans le sud, pour éviter le froid et la grisaille? Compréhensible… Et vous, sudistes, les nuages gris et le thermomètre en zone bleue du nord de la Loire, vous font doucement rigoler? Attention ! A en croire cette étude américaine publiée dans le Psychological Reports, qui porte sur les 48 Etats continentaux des USA, les habitants des régions les plus froides auraient un QI sensiblement supérieur à ceux habitants des zones les plus chaudes…

Pour établir leurs calculs, détaille Miller-McCune, les membres de l’équipe de la University of Central Missouri ont mesuré la température moyenne annuelle de chaque Etat et l‘ont comparée avec les résultats des tests de QI qui sont pratiqués nationalement sur les élèves de l’équivalent américain de notre CM, de la 3e et de la terminale. 

Ils ont ensuite rectifié leurs résultats de certaines variables, comme le PIB, le pourcentage d’habitants afro-américains, d’hispaniques et d’asiatiques — aux Etats-Unis, la population est ainsi classifiée — et le ration élèves-professeurs dans les écoles.

Même après que ces différents facteurs ont été nettoyés de l’équation, il reste qu’une «association négative existe entre le QI et la température annuelle moyenne», écrivent les auteurs de l’étude. Ainsi, «si la température décroit, le QI tend à augmenter».

Cette étude vient corroborer celle qui s’était, en 2006, intéressée à 120 pays et avait donné à peu près les mêmes résultats.

Il s’agit désormais de conclure et d’établir des hypothèses. Est-ce un effet des migrations et des installations de populations originaires de Suède et de Norvège dans ces Etats, population qui, pour survivre dans leurs pays d’origine ont eu à développer des capacités mentales supérieures et les ont transmis à leurs descendants? Quid des mouvements de population de ces Etats vers ceux plus cléments de la Californie et de la Floride? On ne peut rien conclure de cette étude, concède le patron de l’équipe. Et Miller-McCune de pointer aussi un des biais de cette recherche : les tests de QI eux-mêmes…

Si cette étude devait toutefois se confirmer, elle est inquiétante sur le moyen et long terme, pour les nordistes comme pour les sudistes: le réchauffement climatique devrait nous rendre tous abrutis…

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
sciencesQIclimat
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte