Culture

«OK», un mot au succès planétaire

Temps de lecture : 2 min

Il est formé de deux lettres et est le mot américain le plus utilisé dans le monde. Vous avez trouvé? OK, c’était facile. Allan Metcalf retrace le voyage de ce mot crée par un journaliste et devenu une expression qui se greffe dans les conversations de tous les jours dans un livre, «OK, l’improbable histoire du plus grand mot américain».

Le mot «OK» est tellement omniprésent, utile et simple qu’on a l’impression qu’il a toujours existé, écrit Mark Peters dans Good. Il est difficile d’imaginer comment nous avons pu parlé et écrire sans ces deux lettres, et pourtant, «OK» n’a que 162 ans.

L’origine de «OK» commence par une blague, l’abréviation de «all correct» créée par Charles Gordon Greene in 1839 dans le «Boston Morning Post», avec une grosse dose d’humour, ce qui aurait dû lui assurer une carrière courte et limitée dans l’espace. Mais son appropriation lors d’une campagne présidentielle en 1840 lui assura le début du succès. (Sauf pour le candidat qui ne fut pas OK).

Le «OK» se répandra comme une traînée de poudre le long des fils du télégraphe, ponctuant les messages, comme une forme précoce des LOLs et des OMGs que nous utilisons aujourd’hui, précise NPR, la radio publique américaine qui a interrogé Metcalff.

Comme tous mots à succès, poursuit Peters, «OK» fera des enfants. On dira «okey-doke» dans les années 20 et «okey-dokey» dans les années 30, les astronautes de la Nasa lui accoleront un A parce qu’il leur était plus facile à comprendre que le seul OK lors des conversations radios. Bizarrement, l’histoire du mot OK se perdra quelques décennies — le président Woodrow Wilson pensait qu’il venait d’un mot indien qui s’épelait «okeh» et qui aurait été l’équivalent de OK— avant d’être exhumée dans les années 60.

Ce qui a fait son succès, aux Etats-Unis et dans le monde, estime Peters, c’est son adaptabilité et sa flexibilité dans la forme (il peut être un nom, un verbe, un adjectif, une interjection…) et dans le sens, une forme de oui, sans être une totale reddition.

Metcalff estime même que le «OK» a façonné l’Amérique, symbolise la tolérance de son pays et l’acceptation de la différence de l’autre : «Si quelque chose est OK, c’est OK, ça veut dire que ça fonctionnera, ça serait peut-être pas parfait, mais ça fonctionnera, c’est une attitude très américaine». Un tel succès et un tel mérite bien une fête, dit-il, proposant que le 23 mars, jour anniversaire de la première publication des deux lettres, devienne le jour du OK. OK?

Slate.fr

Newsletters

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Le territoire de la Drac Basse-Normandie est à l'origine de la commande, raconte la photographe Céline Clanet. Le but de la mission était de réaliser une série photographique sur les logements de fonction des trois préfets de Basse...

Newsletters