Monde

Pour ou contre Roberto Saviano?

Temps de lecture : 2 min

L'écrivain Roberto Saviano est, encore une fois, sous le feu des critiques. Avec Vieni via con me, émission hebdomadaire qui souhaite dresser un portrait réaliste de l'Italie contemporaine, l'auteur de Gomorra s'est lancé, avec succès, dans la présentation, explique Courrier International. Saviano réalise le meilleur score d'audience de l'histoire de la chaîne publique Rai Tre.

Mais ces résultats sont loin de plaire à tout le monde, lit-on sur la Repubblica: l'écrivain italien s'est attiré les foudres de la Ligue du Nord, du journal catholique l'Avvenire, et du quotidien Il Giornale.

Pourquoi? Tout d'abord, en raison de sa prise de parole sur l'infiltration de la criminalité organisée dans le nord de l'Italie. Lors de l'émission de lundi 15 novembre, Saviano a accusé la Ligue du Nord d'avoir laissé la 'Ndrangheta (mafia calabraise) s'infiltrer au Nord. Le lendemain, Roberto Maroni, le ministre de l'Intérieur (Ligue du Nord), a riposté violemment, reprochant au journaliste d'avoir porté des «accusations infâmes».

«Je suis le minitre de l'Intérieur et je combat la 'ndrangheta. Je sais donc bien qu'elle est présente au Nord, mais je suis aussi un partisan de la Ligue et je sais tout aussi bien qu'il n'y a pas de dialogue entre la 'ndrangheta et nous», a déclaré Maroni, cité par La Repubblica.

Et ce n'est pas tout. Lors de l'émission, Saviano a froissé aussi les catholiques avec sa prise de parole sur l'euthanasie. «Le champion de la légalité fait l'éloge de la non loi», titre le quotidien Avvenire. Dans un éditorial, le journaliste Domenico Delle Foglie s'en prend à l'écrivain: «On a dû entendre de la voix de Saviano nous dire que pour une poignée d'euros, on peut obtenir l'euthanasie dans les hôpitaux. Lui qui est un professionnel et un champion de la légalité, pourquoi ne dénonce-t-il pas la violation de la loi, au lieu d'en faire l'éloge?»

Depuis, c'est une bataille de signatures qui s'est ouverte. Il Giornale se lance dans une campagne contre Roberto Saviano qui «donne du mafieux au Nord»: le quotidien propose à ses lecteurs de signer contre Saviano.

Articolo 21 contre-attaque: cette association pour la liberté d'expression vole au secours de l'écrivain et lance sur son site un appel aux signatures pour Roberto Saviano.

«C'est grâce à Saviano et à beaucoup d'autres journalistes qui, courageusement, et souvent même dans le silence, enquêtent sur la criminalité, sur les rapports entre mafia, économie et politique, que s'est ouverte une brèche dans le mur de l'omertà, et que nous sommes parvenus à des arrestations comme celle d'Antonio Iovine», lit-on sur le site d'Articolo21.

Les partisans du jeune écrivain peuvent aussi se rendre sur Facebook, où Antonio di Pietro, l'ex-magistrat anti-corruption, a lancé le groupe «Je suis d'accord avec Saviano, que Maroni s'en prenne à moi aussi».

Roberto Saviano qui, dans Gomorra, dénonce les agissements de la mafia napolitaine, décrivant les structures économiques et territoriales de cette organisation, est habitué aux critiques, de la droite comme de la gauche.

Photo: Roberto Saviano, piero tasso, wikimedia

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters