Culture

Johnny Rotten fan de Kate et William

Temps de lecture : 2 min

Johnny Rotten, le chanteur emblématique du groupe punk anglais The Sex Pistols qui chantait en 1977 «God save the Queen, and her fascist regime» [Dieu sauve la Reine, et son régime fasciste], a expliqué dans un long entretien au tabloïd The Sun pourquoi il souhaite tout le bonheur du monde aux nouveaux fiancés de la famille royale, le prince William et Kate Middleton:

«C’est une belle histoire d’amour et j’aime ça. Il s’en est très bien sorti, elle est vraiment bien! Il a attrapé la meilleure candidate. Les gens pensent que je hais la famille royale, mais ce n’est pas vrai. Mon animosité est envers l’institution, pas envers les gens eux-mêmes.»

Le titre God Save the Queen, sorti la semaine du jubilé des 25 ans de règne de la Reine Elizabeth II, est devenu le symbole du mouvement punk en Angleterre et de l’opposition à l’establishment du pays. L’expression «no future», que l’on retrouve dans le refrain final de la chanson, est également passée à la postérité.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Photo: Johnny Rotten en 2007 à Los Angeles, REUTERS/Mario Anzuoni

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio