Monde

Facebook encourage-t-il l'adultère?

Slate.fr, mis à jour le 19.11.2010 à 10 h 37

Tu ne commettras point d'adultère, dit l'Evangile. 

Et tu n'iras point sur Facebook, a complété Cedric Miller, un pasteur du New Jersey. «Depuis un an et demi, je suis de plus en plus confronté à des couples qui ont des problèmes dans leur mariage à cause de Facebook», explique-t-il à l'Associated Press, affirmant que 20 couples de sa paroisse de 1.100 personnes ont eu des problèmes maritaux dans les six derniers mois, après que l'un des époux soit de nouveau rentré en contact avec un ou une ex grâce au réseau social.

Le pasteur a demandé à cinquante responsables mariés de son église de supprimer leurs comptes Facebook ou de démissionner de leur position de responsabilité, rapporte le Asbury Park Press. Lui-même, bien que marié, en a encore un «pour rester en contact avec ses six enfants», mais il appliquera ses propres conseils et quittera le réseau social dans les jours à venir. 

Après avoir demandé à ses paroissiens mariés de partager leurs codes Facebook avec leurs conjoints, il compte lors de son prochain sermon «fortement leur suggérer» une désinscription totale du réseau social. Une décision justifiée, selon le pasteur Miller:

«Ce qu'il se passe, c'est que quelqu'un de votre passé refait surface, ça amène à des conversations et à des rencontres physiques. La tentation [de tromper son conjoint] est juste trop forte

Il ne forcera pas ses ouailles à le faire, mais espère que sa paroisse suivra ses conseils. Lorsqu'il avait demandé que les couples partagent leur mot de passe Facebook avec leurs conjoints, «certains l'ont fait, raconte-t-il. D'autres ont eu peur et ont supprimé leur compte immédiatement. Et d'autres encore ont pensé que ce n'était pas mes affaires et ont continué comme avant».

D'ailleurs, les chiffres le prouvent. Selon une étude du Pew Internet and American Life Project réalisée en 2008, un adulte sur cinq utilise Facebook pour flirter. Pour la chroniqueuse américain Linda Thomas, «Facebook est la plus grande menace pour le mariage». Un livre et un site ont même été créés pour aider les Américains à sauver leurs mariages des démons de Facebook. 

Mais Facebook n'a pas que des mauvais côtés, même le pasteur Miller le reconnaît. «Les gens l'utilisent comme une opportunité pour inviter des gens à des évènements, pour partager les Écritures Saintes ou pour parler de ce qu'il s'est passé à l'église Simplement, «les désavantages sont trop grands».

Photo: capture écran de la page Facebook de Jésus, réalisée par Digital Marmelade

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte