Monde

Harry Potter mort et enterré...

Temps de lecture : 2 min

Harry Potter est mort et enterré... enfin, en Israël. En plus d'être le nom du plus célèbre jeune sorcier de fiction, c'est aussi celui d'un soldat britannique, dont la tombe à Ramle est devenue un haut lieu touristique, rapporte l'Associated Press (via Haaretz).

Le soldat Potter est né près de Birmingham en 1921 et est entré dans l'armée à 17 ans. Envoyé en Palestine dans le régiment du Worcestershire, Harry Potter est mort au combat le 22 juillet 1939 (sa pierre tombale le dit mort à 19 ans, parce qu'il avait menti pour pouvoir s'engager). Il est enterré dans le cimetière militaire de la zone industrielle de Ramle, comme tous les soldats britanniques morts en Israël Palestine entre le début de la Première Guerre mondiale et la fin de la Seconde.

La ville ne tient pas le compte des touristes qui visitent le cimetière et ses 4.500 tombes, mais la municipalité et les guides touristiques affirment que la tombe est devenue populaire, particulièrement pour les touristes israéliens.

Comme l'explique un guide qui dit avoir amené des dizaines de groupes voir la tombe:

«Il n'y a aucun rapport avec le Harry Potter que nous connaissons de la littérature, mais le nom vend, le nom est commercialisable.»

La ville de Ramle affirme que des gens s'intéressaient à la tombe depuis cinq ans, et qu'elle est désormais listée sur son site touristique.

Photo: la tombe du soldat Harry Potter, dans le cimetière de Ramle. REUTERS/Gil Cohen Magen

Slate.fr

Newsletters

Le voyage risqué de Macron en Russie

Le voyage risqué de Macron en Russie

Il importe qu’à Saint-Pétersbourg, plus encore qu’à Versailles il y a un an, Emmanuel Macron renforce son discours sans compromis vis-à-vis de Vladimir Poutine.

À Bali, des dauphins aux dents limées pour protéger les touristes

À Bali, des dauphins aux dents limées pour protéger les touristes

Une association a retrouvé des dauphins avec des dents manquantes ou limées dans une attraction touristique de Bali.

Netanyahou a besoin de conflits pour survivre

Netanyahou a besoin de conflits pour survivre

Si le Premier ministre israélien continue à faire monter la tension, c'est que sa cote de popularité en profite.

Newsletters