Monde

Chine: aux travaux forcés pour un retweet

Slate.fr, mis à jour le 18.11.2010 à 14 h 55

Attention à vos tweets! En Chine, retweeter un message que le gouvernement n'apprécie pas peut vous conduire à un an de travaux forcés.

C'est ce qui est arrivé à Cheng Jianping. CNN révèle que cette jeune Chinoise a été condamnée à une année de «Réeducation par le travail» pour avoir retweeté, le 17 octobre,  le tweet de son fiancé. Dans ce tweet, Hua Chunhui se moquait des Chinois qui s'en sont pris aux produits japonais, lors d'une récente manifestation: «Les manifestations anti-japonaises, la destruction des produits japonais, tout cela a déjà été fait il y a quelques années par Guo Quan [activiste et expert du massacre de Nanjing]. Il n'y a rien de nouveau. Pour passer à le vitesse supérieure, il faut prendre un avion pour Shangai et détruire le pavillon du Japon».

Dix jours après son retweet, le jour de son mariage, Cheng disparaissait, ainsi que son fiancé, qui a lui été relâché cinq jours plus tard. Presque un mois plus tard, on découvre qu'elle a été emprisonnée puis condamnée par la police locale. Amnesty International demande aux autorités chinoises sa libération.

«Condamner quelqu'un à un an de travaux forcés, sans aucun procès, pour avoir tout simplement répété une obseravtion ironique émise par une autre personne sur Twitter montre le niveau de la répression de l'expression sur la toile en Chine», déclare Sam Zarifi, directeur du programme Asie Pacifique de Amnesty International.

Cheng pourrait être la première citoyenne chinoise à être emprisonnée pour un simple tweet. «Il est possible que Cheng Jianping ait été visée pour son activisme sur la toile au cours des dernières années, et pour son soutien à d'autres dissidents et activistes Chinois», poursuit Sam Zarifi.

D'après d'autres activistes chinois présents sur Twitter, Cheng n'était pas particulièrmennt militante. Elle soutenait par exemple le prix Nobel  Liu Xiaobo, ou encore Zhao Lianhai, condamné pour avoir demandé publiquement des réparations pour le scandale du lait maternisé Sanlu.

Twitter est bloqué en Chine, rappelle Amnesty international, mais beaucoup y ont accès et l'utilisent, en particulier les militants pour les droits de l'homme qui s'en servent pour organiser le soutien des activistes emprisonnés ou poursuivis par la justice.

Photo: capture d'écran du compte Twitter de wangyi09

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte