Life

Les logos de Google les plus controversés

Slate.fr, mis à jour le 15.11.2010 à 17 h 14

Vous l'avez sûrement remarqué, Google modifie régulièrement le logo de sa page d'accueil afin de commémorer certains évènements. Cette pratique a un nom: les Google doodles («gribouillages», en anglais). Ainsi, jeudi dernier, pour commémorer le Veterans' Day, le jour du souvenir des soldats morts lors des conflits mondiaux, Google a inséré dans son logo le dessin d'un drapeau américain flottant au vent.

Problème: comme le signale Gawker, en masquant une partie du e de Google, le dessin laisse apparaître ce que certains perçoivent comme la moitié d'un croissant... symbole de l'islam! Il n'en fallait pas plus pour déclencher une polémique sur le web américain à propos de la signification de ce doodle...

The Atlantic remarque que ce n'est pas la première fois qu'un logo modifié de Google suscite la controverse, loin de là. Le site a ainsi dressé une liste de 11 Google doodles sujets à polémique. Voici quelques morceaux choisis.

  • En avril 2006, Google a voulu rendre hommage à l'artiste catalan Joan Miro en intégrant dans son logo plusieurs thèmes de ses peintures. Mais l'initiative n'a pas plu à la famille du peintre, qui a dénoncé une violation du copyright, forçant Google à retirer son doodle.
  • Le 4 octobre 2007, Google fêtait le cinquantenaire du lancement de Spoutnik en représentant le satellite soviétique sur son logo. Une célébration qui n'a pas été du goût de certains conservateurs américains, qui ont accusé Google d'«honorer une réussite d'un régime totalitaire qui était notre ennemi lors de la guerre froide», rapportait alors le Los Angeles Times.
  • En 2008, l'animateur de radio James Edwards accusait Google de «détester Noël» pour n'avoir jamais illustré la signification religieuse de cette fête en dix ans de doodles. Un blogueur pakistanais a pour sa part reproché au moteur de recherche de n'avoir jamais célébré le Ramadan...
  • Le 20 mai 2009, Google saluait la découverte du fossile d'«Ida», un lémurien présenté comme un possible ancêtre commun à l'homme et au singe, soit le chaînon manquant de la théorie de l'évolution.  Aux Etats-Unis, cela n'a pas manqué de faire réagir les tenants du créationnisme, Google se retrouvant taxé de «satanisme» par des conservateurs religieux, comme le soulignait le site Ars Technica.
  • Dernier exemple: le 21 mai dernier, pour célébrer les 30 ans du célèbre jeu vidéo Pac-Man, Google transformait son logo en jeu interactif. Un doodle bien trop distrayant pour l'auteur de l'article de The Atlantic, qui n'a pas pu résister et qui se plaint par conséquent d'avoir perdu dix minutes avant d'effectuer sa recherche! Maudit Google!

Photos: captures écran Google

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte