Life

Facebook va gagner la guerre contre Google

Slate.fr, mis à jour le 15.11.2010 à 10 h 33

Microsoft et Yahoo! ont longtemps été les ennemis naturels de Google, mais alors que Google était occupé à les battre pour devenir le premier moteur de recherche, l'entreprise a pris du retard sur ce qui s'avère être la véritable guerre du net, la guerre pour les revenus publicitaires.

Et qui gagne bataille après bataille sur ce terrain-là, demande Wired? Facebook, bien sûr, qui sait déjà adapter les publicités au profil de ses utilisateurs s'ils ont suffisamment rempli leur profil de détails sur leurs goûts en matière de musique, de cinéma, etc. Ce qui inquiète Google, analyse Wired, ce n'est pas tant le temps que les utilisateurs de Facebook passent sur le réseau social, ni même le nombre de pages vues sur Facebook, qui lui permet d'afficher 10 fois plus de publicités en ligne que Google.

Ce sont en fait deux menaces qui inquiètent le géant de la recherche:

1. Il y a tellement d'interactions et d'informations partagées dans Facebook que le réseau est devenu une réplique du Web dans le Web, et Google ne peut pas parcourir et analyser la plupart de ce qui se passe dans cette réplique, parce que ce qui se passe sur Facebook reste dans Facebook.

2. Facebook sait qui on est et a le droit d'utiliser cette information parce qu'on le lui a explicitement donné. Google a toutes sortes de données sur soi, mais ne peut en utiliser que très peu puisque l'entreprise promet de ne pas utiliser notre historique de recherches et nos données d'emails pour déterminer notre profil.

Les publicités de Google sont toutes liées à la recherche que l'on effectue, mais d'après le Wall Street Journal Google réfléchit depuis août à une façon d'utiliser nos données pour des publicités ciblées, après avoir promis de tenir séparées les données des publicités. Facebook n'a jamais promis ça, et ses utilisateurs savent qu'ils ont communiqué leurs données en renseignant leur profil ou en devenant «fan» d'une marque.

Surtout, on quitte de moins en moins Facebook maintenant qu'on peut s'inscrire pour commenter sur des sites grâce à Facebook, et qu'on peut «liker» des articles grâce à Facebook: pour Wired, même si Facebook ne compte pas pour l'instant mettre des publicités sur des sites externes, ce n'est qu'une question de temps. Et les sites d'information en ligne accueilleront ces publicités avec plaisir, puisqu'elles leur permettront d'éviter les publicités contextuelles (pour des tapis indiens à côté d'un article sur une inondation meurtrière dans le pays...) que fournit notamment Google.

Photo: Google cookie / massless via Flickr CC License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte