Life

Les biocarburants sont pires pour le climat que les carburants fossiles

Slate.fr, mis à jour le 13.11.2010 à 10 h 27

Blue Marble (Planet Earth), woodleywonderworks via Flickr CC License by

Blue Marble (Planet Earth), woodleywonderworks via Flickr CC License by

Le programme européen de promotion des biocarburants va amener les agriculteurs de l'Union Européenne et surtout d'autres régions du monde à convertir 69.000 kilomètres carrés de zones non cultivées en champs ce qui va encore accélérer le changement climatique souligne une étude. Elle a été menée par neuf  groupes de protection de l'environnement sous l'égide de l'Institute for European Environmental Policy et est notamment citée par le site New Scientist.

La superficie concernée par ce changement d'utilisation des sols pourrait être de la taille de la République d'Irlande et les biocarburants qui seraient produits pourraient générer entre 81% et 167% de plus de dioxyde de carbone que des carburants fossiles. The Independent souligne que la production et la consommation de ces biocarburants pourraient ainsi générer d'ici 2020 entre 27 et 56 millions de tonnes de CO2 par an, l'équivalent de 12 à 26 millions de voitures supplémentaires sur les routes européennes.

Les équipes de la Commission européenne contestent les conclusions des organisations de défense de l'environnement. Elles estiment que l'essentiel de la production de biocarburants ne proviendra pas de nouvelles terres mises en culture mais de la conversion de cultures existantes.

L'Union européenne s'est donnée pour objectif d'avoir 10% du carburant utilisé dans les transports provenant de sources renouvelables d'ici 2020. Un objectif qui semble de plus en plus irréaliste aux experts à moins que les ventes de véhicules électriques explosent réellement et que le recours aux biocarburants ne soit pas massif. Cela dit, aux yeux des organisations de protection de l'environnement, ce serait un trompe l'œil. L'électricité produite servant à recharger les batteries des véhicules électriques ne le serait pas forcément à partir d'énergies renouvelables.

Le paradoxe de cette situation est que les biocarburants redeviennent populaires aujourd'hui, au moins en France.

Selon un sondage Ipsos cité par le site Maxisciences, les Français se disent en grande majorité prêts à les utiliser. Ils sont 78% à se dire prêts à «lutter contre le réchauffement climatique» en utilisant des carburants verts. Le sondage Ipsos, qui arrive à cette conclusion, montre également que les utilisateurs sont, pour 56% d’entre eux, «plutôt» ou «tout-à-fait» prêts à étudier «l’option d’un véhicule flex-fuel fonctionnant au super éthanol et à l’essence lors de l’achat de leur prochain véhicule».

Photo: Blue Marble (Planet Earth), woodleywonderworks via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte