Life

Tetris, le jeu qui aide les victimes de stress post-traumatique

Slate.fr, mis à jour le 11.11.2010 à 16 h 28

Ceux qui ont déjà rêvé d’enquiller les briques de Tetris devraient froncer les sourcils en lisant ce qui suit… (petit rappel, Tetris, c’est ça, vous pouvez désormais y jouer ici). Selon des scientifiques de l’université d’Oxford, jouer à Tétris pourrait aider à réduire les douloureux flashbacks associés au Syndrôme post-traumatique (SSPT, ou névrose traumatique). Certaines victimes d’événements particulièrement violents (des accidentés de la route aux militaires, via les travailleurs humanitaires en missions difficiles connaissent en effet, selon la définition de Wikipédia, «après une réaction immédiate à l'événement, une peur intense, un sentiment d'impuissance ou un sentiment d'horreur. Le SSPT survient parfois à la suite de la réaction aiguë de stress à la situation anxiogène mais il peut aussi apparaître beaucoup plus tard (après plusieurs semaines, ou plusieurs mois).»

Revenons à Tétris et son effet bénéfique sur ces victimes. Le jeu, ou plutôt la simplicité visuel de ce jeu très addictif qui en a fait son succès, aurait des propriétés curatives puisque, selon les chercheurs, il entre en concurrence avec les zones de la mémoire qui font fonctionner les flashbacks — les scènes violentes sont revécues par les victimes).

Les chercheurs de l’université britannique ont ainsi demandé à 60 volontaires en pleine santé de regarder une vidéo comportant des images violentes. Après une pause de 30 minutes, le groupe a été divisé en trois. 20 ont joué à Tetris 10 minutes, 20 à un autre jeu — Pub Quiz Machine 2008 — pour 10 minutes aussi et 20 n’ont rien fait.

Pour les chercheurs, ceux qui ont joué à Tetris ont connu moins de flashbacks que les autres, tandis que ceux qui ont joué à l’autre jeu en avait plus que tous les autres.

Ce n’est pas la première fois que le jeu vidéo montre des vertus thérapeutiques. En France, le psychanalyste Michael Stora utilise des jeux vidéos dans le centre médicopsychologique de Pantin où il a exercé auprès d'enfants autistes et psychotiques, obtenant des résultats étonnants, rappelle Télérama. Selon lui, les jeux vidéos ont des vertus intéressantes :

«Au travail, dans la rue, les gens vivent des soumissions, des humiliations, se chargent d'un mauvais stress qu'ils finissent par retourner contre eux. Beaucoup développent de graves symptômes psychosomatiques. Plutôt que de prendre un antidépresseur, nombre d'entre nous gagneraient à jouer aux jeux vidéo. Excellents exutoires, ils permettent surtout de vivre des situations valorisantes, d'éprouver des sentiments de victoire, et, petit à petit, d'affronter des situations habituellement esquivées ou mal vécues.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte