Monde

Toronto: une Google Map comme monument aux morts

Temps de lecture : 2 min

Le site canadien OpenFile a trouvé une manière originale de célébrer le Remembrance Day (Jour du Souvenir), journée de commémoration des sacrifices des deux conflits mondiaux, qui aura lieu ce jeudi 11 novembre. Ce site local de journalisme participatif a établi une carte interactive recensant les adresses des habitants de Toronto morts au combat lors de la Seconde Guerre mondiale.

«A première vue, notre carte ressemble à une mer de sang répandu sur la ville; à bien des égards, c'est ce que fut la Seconde Guerre mondiale. Les taches rouges représentent 3.224 vies perdues en service de 1939 à 1945», explique le site.

Les habitants de Toronto peuvent ainsi retrouver où habitaient les héros de la Seconde Guerre mondiale. Dans un article intitulé «Une autre manière de se souvenir», la rédactrice en chef du site donne ses propres impressions:

«La première fois que j'ai vu une version de travail de cette carte, elle m'a laissée un moment stupéfaite. Puis j'ai commencé à la faire défiler et à zoomer sur les quartiers où j'ai vécu et les rues dans lesquelles je marche tous les jours. J'ai retenu d'une manière très vivante l'impact d'une guerre qui s'est terminée longtemps avant la naissance de la plupart d'entre nous.»

Chaque combattant mort est représenté sur la carte par un coquelicot, symbole du Remembrance Day, comme le rappelle le site Canada Views.

Pour produire cette carte, l'équipe d'OpenFile a rassemblé de nombreuses quantités d'information détenues par les archives de la mairie de Toronto et les a numérisées. 97% des adresses des combattants décédés ont pu être situées sur le plan actuel de la ville.

La carte s'accompagne d'un dossier sur les vétérans de la Seconde Guerre mondiale, avec des diaporamas et des témoignages audio.

Photo: Capture écran OpenFile/Google Maps

Newsletters

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d'officiers biélorusses

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d'officiers biélorusses

Les militant·es anti-Lukashenko estiment que les forces de l'ordre ne doivent plus être anonymes.

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

L'histoire d'une professeure américaine blanche qui a fait semblant d'être noire pendant des années révèle les écueils d'un certain identitarisme.

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

L'université de Californie du Sud a suspendu un professeur de management qui a prononcé un mot en chinois - «ne-ga» - jugé trop proche du mot nègre en anglais.

Newsletters