Monde

Obama n'est plus l'homme le plus puissant du monde

Slate.fr, mis à jour le 06.11.2010 à 11 h 36

C’est décidemment une semaine à oublier pour Barack Obama. Au lendemain de la nette défaite du parti démocrate dans les élections de mi-mandat américaines mardi 2 novembre, le magazine Forbes est venu enfoncer un peu plus le président en le reléguant à la deuxième place de son prestigieux classement des personnes les plus puissantes du monde derrière le président Chinois Hu Jintao.

C’est le genre de preuve du déclin de l’éminence américaine qui va faire jaser le Tea Party, mais il n’y a pas un seul membre du mouvement populaire républicain dans le classement (même pas Sarah Palin). Les seules personnalités non-gouvernementales à figurer dans le top 10 sont Bill Gates, président de la Bill & Melinda Gates Foundation (10e place) et le pape Benoît XVI (5e place).

Le magazine Forbes rappelle les quatre principaux critères de sélection pour figurer sur la liste, qui comporte 68 noms. Premièrement, le nombre de personnes sur lesquelles les personnalités ont de l’influence: la population du pays pour les chefs d’Etat, le nombre de pratiquants pour les leaders religieux, le nombre d’employés pour les chefs d’entreprise et l’audience pour les médias. Ensuite, les ressources financières: le PIB pour les chefs d’Etat, la richesse pour les milliardaires etc. Troisième critère, la diversification des sphères d’influence: Silvio Berlusconi, qui occupe la 14e place, est à la fois Premier ministre de l’Italie, un magnat de la presse milliardaire et propriétaire du club de football du Milan AC. Enfin, l’énergie et l’activité  avec laquelle les personnalités exercent leurs pouvoirs.

Selon Forbes, Facebook est plus puissant que les Nations unies (Mark Zuckerberg, le fondateur du réseau social, occupe la 40e place, juste devant le secrétaire général de l’ONU Ban Ki Moon). Osama Ben Laden est toujours le criminel le plus puissant du monde à la 57e place, devançant de quelques places le baron de la drogue du cartel de Sinaloa Joaquim Guzman Loera (60e).

Nicolas Sarkozy réalise une des plus fortes progressions du classement, passant de la 56e à la 19e place, même s’il reste derrière ses homologues Vladimir Poutine (4e), Angela Merkel (6e) ou encore David Cameron (7e). Forbes a pris en compte la puissance économique et nucléaire de la France et son droit de véto au conseil de sécurité des Nations unies, et salue sa détermination sur la réforme des retraites. Le Figaro énumère les autres français du classement: Jean-Claude Trichet, président de la BCE (15e place), Dominique Strauss-Kahn patron du FMI (37e place), Bernard Arnault de LVMH (43e place).

Photo: Barack Obama. Jason Reed / Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte