Life

Un pas de plus vers la cape d'invisibilité

Slate.fr, mis à jour le 04.11.2010 à 18 h 51

Des scientifiques britanniques ont annoncé jeudi 4 novembre avoir conçu un film flexible qui représente une grande avancée vers possibilité de créer une cape d’invisibilité similaire à celle qui a été popularisée par les aventures d’Harry Potter, rapporte BBC News.

Le film, conçu par les physiciens de l’université de Saint Andrews à l'aide d'un polymère disponible dans le commerce et d'un support de silicium, contient de minuscules structures qui forment ensemble un métamatériau capable de manipuler la lumière pour rendre des objets invisibles.

Denis Delbecq explique sur le site du CNRS le principe de l’invisibilité:

«Pas facile de dompter la lumière comme on domestiquerait un cours d'eau. Posez un rocher au milieu, et le liquide est dévié avant de reprendre sa direction initiale, un peu comme s’il l’avait traversé. En regardant cette eau en aval, pas moyen de savoir qu’il y avait un obstacle sur son passage. La lumière, elle, voyage – dans un milieu homogène – en ligne droite. Sur un objet, elle rebondit en partie ! Mais imaginez qu’on parvienne à la contraindre de tourner autour avant de reprendre sa route à l’identique derrière, l’objet serait alors parfaitement invisible!»

Des matériaux capables de repousser la lumière ont déjà été crées par le passé, mais ils ne fonctionnaient que pour des lumières dont les couleurs étaient bien au-delà de ce que l’homme peut voir. La longueur d'onde du spectre perçu par l’œil humain étant beaucoup plus courte, celui-ci ne devient «invisible» qu'avec des métamatériaux à la structure elle aussi beaucoup plus petite.

Deux obstacles empêchaient la création de d’un matériau flexible capable capable d’entourer un objet et de le rendre invisible, rapporte le site Sify: réussir à créer des méta-atomes assez petits pour interagir avec la lumière visible, et à fabriquer des métamatériaux qui peuvent se détacher des surfaces rigides sur lesquelles ils sont développés pour être utilisés sur des constructions plus flexibles. Les chercheurs, qui ont baptisé leur nouveau matériau «Meta-flex», ont réussi à surmonter les deux.

Cette membrane est capable d'interagir avec une lumière d'une longueur d'ondes d'environ 620 nanomètres, qui est visible par les humains. «Si de nouveaux métamatériaux s'avéraient capables d'agir sur la lumière pour d'autres couleurs du spectre visible, on pourrait alors parvenir à cette fameuse "cape d'invisibilité" en superposant les différentes membranes» écrit l'AFP.

Le site The Atlantic Wire tempère néanmoins:

«Soyons clairs: les scientifiques n’ont pas inventé une cape d’invisibilité. Ils n’ont pas non plus développé une bague d’invisibilité, une voiture avec un bouton d’invisibilité ou une pilule qui rend les cochons invisibles. Ils sont en revanche un peu plus proches de réaliser ces rêves (en fait, seulement celui avec le cape).»

Photo: cup_invisible, lynnsta via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte