Culture

Bientôt en salles: l'écran intelligent

Temps de lecture : 2 min

Jusqu'à présent, pour évaluer leurs nouveaux films, des studios organisaient des projections-test et demandaient au public de remplir un questionnaire à la fin. Bientôt, ils pourraient se contenter de laisser une machine faire le travail à leur place. Le site britannique The Engineer raconte en effet qu’une société spécialisée en sécurité, Aralia Systems, vient de recevoir une bourse de 215.000 livres (environ 245.000 euros) pour développer en partenariat avec une université un écran de cinéma capable de détecter et analyser les réactions des spectateurs.

En l’espèce, il s’agira de combiner des technologies 2D et 3D et des lumières infrarouge pour enrichir une technologie existante, puisque celle-ci est actuellement utilisée pour «détecter les pirates qui font des copies des films avec une caméra». «Nous voulons tenter de répondre aux questions suivantes: les spectateurs viennent-ils en famille? A quel moment apprécient-ils le film? A quel moment ont-ils l’air de s’ennuyer?», explique Melvyn Smith, qui travaille sur le projet à l’Université de West England. Une possibilité qui pourrait à la fois intéresser les producteurs mais aussi les marques qui diffusent des publicités avant ou pendant les films.

Photo: Des sièges d'une salle de cinéma / Laura Billings from London, UK via Wikimedia Commons

Slate.fr

Newsletters

«Endgame»: laissons mourir les Avengers

«Endgame»: laissons mourir les Avengers

Le dernier opus des studios Marvel est symptomatique d'une société qui veut effacer la mort et d'une industrie qui cherche à tuer la fin pour exploiter au maximum un fructueux filon.

«Que Sea Ley», quand l'Argentine se révolte pour accéder à l'IVG

«Que Sea Ley», quand l'Argentine se révolte pour accéder à l'IVG

Présenté à Cannes, le documentaire argentin explique en quoi interdire l'interruption volontaire de grossesse revient à piétiner la dignité des femmes. Et à les mettre en danger.

«Tanguy, le retour» est une caricature

«Tanguy, le retour» est une caricature

Ce second film, comme le premier, véhicule l'image stigmatisante d'une jeunesse irresponsable qui chercherait à profiter de façon indue des avantages que peut lui procurer la société.

Newsletters