Monde

Ils veulent envoyer un robot sur la Lune

Temps de lecture : 2 min

La Nasa aurait pu envoyer de nouveaux astronautes sur la Lune, mais l'administration Obama et le Congrès ont trouvé le prix d'une telle opération –150.000 milliards de dollars (107.000 milliards d'euros)– trop élevé. Mais la Nasa affirme pouvoir envoyer un robot humanoïde sur la Lune pour une fraction de ce coût (moins de 200 millions de dollars plus une roquette de 250 millions). Et ça, en seulement 1.000 jours, rapporte le New York Times, soit moins de trois ans.

L'équipe qui tente de mettre en place ce projet pense qu'un robot marchant sur la Lune réveillera autant de vocations scientifiques qu'Apollo il y a quarante ans. Mais la Nasa n'est plus autant intéressée par la Lune («On y a déjà été», déclarait Barack Obama en avril), et les ingénieurs ne sont donc pas sûrs de réussir à y envoyer leur robot.

Le Projet M se prépare donc sans beaucoup de moyens depuis un an, en profitant d'autres projets déjà en cours: un robot humanoïde, développé par la Nasa et General Motors, qui doit partir mercredi avec la navette Discovery pour la station spatiale internationale, sera le premier robot humanoïde dans l'espace, et est censé aider les astronautes dans leurs tâches quotidiennes. D'autres projets développent des carburants moins chers ou de meilleurs systèmes d'atterrissage qui pourraient aussi lui servir.

Envoyer un robot sur la Lune serait beaucoup plus simple qu'envoyer un humain (pas besoin de nourriture ou d'eau, ni de trajet retour), mais il pourrait aussi effectuer beaucoup moins de tâches. Le Projet M a d'ailleurs été davantage conçu comme une démonstration technologique que comme une mission scientifique, explique le New York Times.

Photo: Image d'artiste du module Altair de la Nasa / Nasa

Slate.fr

Newsletters

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via Whatsapp»

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via Whatsapp»

Comme les milieux religieux, la communauté tech est très divisée sur le phénomène Bolsonaro. Sur le point d'être élu grâce aux réseaux sociaux, il ne sera pas forcément pour autant un président favorable aux nouvelles technologies.

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

En Chine, l’industrie du vélo en libre-service est si florissante que des milliers de bicyclettes fanent aux quatre coins des villes.

Au Brésil, les cathos de gauche perdent la main face aux évangéliques pro-Bolsonaro

Au Brésil, les cathos de gauche perdent la main face aux évangéliques pro-Bolsonaro

Le célèbre frère dominicain Frei Betto, qui a contribué à la création du Parti des travailleurs de Lula, regarde, sidéré, le Brésil «basculer dans la dictature».

Newsletters