Économie

Les pluies en Asie font monter le prix des préservatifs

Temps de lecture : 2 min

Si pour beaucoup, les inondations en Asie du sud-est sont une catastrophe lointaine, elles pourraient pourtant avoir des conséquences bien réelles en Occident: les fabricants de préservatifs ont annoncé que le prix du contraceptif en caoutchouc pourrait augmenter. Au cours des derniers mois, les pluies torrentielles ont perturbé les récoltes et fait monter le prix du caoutchouc de plus de 65%, rapportait le Financial Times lundi 1er novembre. En conséquence, les fabricants de pneus et de préservatifs ont été obligés d’augmenter les prix pour compenser.

Bridgestone, Michelin et Goodyear ont tous augmenté leurs prix de 5 à 15%, tandis que Condomania, un des détaillants de préservatifs américains les plus importants, estime que les prix ont augmenté de 10 à 20% cette année. Le marché des préservatifs est dominé par SSL International, un groupe basé à Londres qui possède notamment la marque Durex, l’américain Church & Dwight et l’australien Ansell.

Malheureusement, même si les récoltes s’améliorent l’année prochaine, les prix ne devraient pas retomber de sitôt. «Les inquiétudes sur les réserves de caoutchouc vont sans doute continuer jusqu’à la fin 2011», selon Jom Jacob, économiste senior à l’Association des pays producteurs de caoutchouc.

RFI expliquait déjà la pénurie début octobre:

«En ce moment, c'est la saison des pluies dans les principaux pays producteurs, Thaïlande, Indonésie et Malaisie, mais les précipitations sont beaucoup trop abondantes, elles retardent la récolte du latex, au moment où la demande n'a jamais été aussi forte de la part de la Chine et de l'Inde, pour leur industrie automobile. La Chine devrait procéder à des importations record cette année, 1.700.000 tonnes. Quant à l'Inde, pourtant quatrième producteur de caoutchouc, elle n'arrive plus, et de loin, à fournir ses propres usines de pneus. En comparaison, la faiblesse de la production mondiale inquiète et pas seulement à court terme. Elle sera cette année de 9 millions et demi de tonnes, près d'un million de tonnes de moins que la demande.»

Image de Une: Jean-Paul Pelissier / REUTERS

Newsletters

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Si les hôtels et les restaurants ont rouvert après de longs mois de fermeture, le secteur a du bien du mal à recruter. Les négociations à venir pourraient entraîner une revalorisation des salaires.

Au Royaume-Uni, les pénuries font craindre un nouvel Hiver du mécontentement

Au Royaume-Uni, les pénuries font craindre un nouvel Hiver du mécontentement

Ces derniers jours, le manque d'essence et de biens de consommation a semé un vent de panique en Angleterre. Des événements qui ne sont pas sans rappeler la période 1978-1979. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio