Life

Ce que la bible dit sur le sexe

Slate.fr, mis à jour le 01.11.2010 à 11 h 33

Textes sacrés Baz Ratner Reuters

Textes sacrés Baz Ratner Reuters

La Bible n'ignore pas le sexe, loin de là et lu avec une certaine candeur le texte sacré contient de nombreux passages pouvant même être considérés comme érotiques. Le magazine Time a réalisé l'interview d'un expert incontesté du texte biblique et de l'Ancien Testament, l'éditeur de la version annotée de la Bible publiée par la prestigieuse maison d'édition New Oxford, Michael Coogan. Il souligne que contrairement aux idées préconçues la Bible a une attitude positive à l'égard de la pratique sexuelle, notamment évidemment parce que le texte encourage et promeut la reproduction. Certains passages du livre d'Ezékiel peuvent même être considérés comme pornographiques.

«L'idée de réfréner les ardeurs sexuelles pour des raisons religieuses était assez inhabituelle pour le judaïsme dans la plupart des périodes historiques. Dans de nombreux passages, c'est un texte très érotique et quand j'étais au séminaire il y a des dizaines d'années, ces passages étaient tout simplement supprimés des Bibles que nous avions» explique Michael Coogan.

Les passages érotiques de la bible demandent simplement parfois un effort d'interprétation ou d'imagination. Les testicules sont ainsi des «pierres». Les termes hébraïques pour rire et caresser ont la même racine et certains versets peuvent être interprétés de deux façons notamment quand ils concernent les liens entre Isaac et Rebecca. Lors de l'épisode du veau d'or, la Bible suggère sans le dire vraiment que la célébration de l'idole s'accompagne d'une orgie et aggrave ainsi encore le péché.

Concernant le mariage, le premier point est que rien ne permet de dire qu'Adam et Eve étaient mariés même s'ils se connaissaient au sens biblique du terme, encore une image, et avaient des enfants. Ensuite, il n'y aucun verset de l'ancien testament qui affirme que la monogamie doit être la norme. Le roi Salomon avait ainsi 300 femmes... Quand les fondamentalistes mormons affirment que la polygamie est biblique, ils n'ont pas vraiment tort. Mais la Bible ne dit rien non plus sur l'avortement.

Pour Michael Coogan, les Hébreux de l'époque biblique étaient par certains côtés moins prudes que nous pouvons l'être aujourd'hui et utilisaient beaucoup d'euphémismes et d'images pour évoquer les questions de sexualité. Ils pensaient à Dieu dans des termes assez proches de ceux des autres populations de l'époque, les Grecs comme les Romains. Pour les Grecs et les Romains, un Dieu venant sur terre pour avoir une relation sexuelle avec un ou une mortel était une idée courante. Pour les Hébreux des temps bibliques, Dieu était un roi, un berger, un guerrier et un mari. Et la Bible évoque dans plusieurs passages ce que les maris font avec leurs femmes. 

Photo: Textes sacrés Baz Ratner Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte